Quelques mois seulement après l'acquisition de la pépite belge de reconnaissance 3D Softkinetic par le géant japonais Sony, nous apprenons que son CEO, Michel Tombroff, a quitté l'entreprise au début du mois de février. Une surprise, alors que Softkinetic devrait avoir désormais plus de moyens pour réaliser ses ambitions sur le marché prometteur de la capture 3D. Pas de conflit, ni de mise à l'écart, selon l'ex-CEO de la start-up belge. Mais Michel Tombroff admet...