Le Réseau Entreprendre renforce son aide aux start-up prometteuses. Au cours des trois prochaines années, un prêt d'honneur de 15.000 euros sera accordé à chaque entreprise bénéficiant de l'accompagnement du réseau. Le soutien concernera 45 start-up à l'horizon 2017.

Mise sur pied en 2010, la branche bruxelloise du Réseau Entreprendre est une plateforme d'aide et d'accompagnement pour les créateurs et repreneurs d'entreprises. Depuis sa création, le Réseau bruxellois revendique près de 70 entreprises soutenues, et plus de 400 emplois créés. Chaque année, le Réseau sélectionne, parmi des centaines de projets, ceux qui sont les plus aboutis, les plus créateurs d'emplois ou ayant le meilleur potentiel.

Les projets " lauréats " bénéficient d'une aide substantielle de la part de la structure. Jusqu'à présent, cette aide se manifestait sous la forme d'un réseau professionnel, de contacts, ou encore de conseils, prodigués par des chefs d'entreprises bénévoles. Elle se double désormais d'un coup de pouce financier, via un prêt d'honneur, un prêt que les entrepreneurs s'engagent " sur l'honneur " à rembourser.

Effet de levier

" L'idée est simple et poursuit un triple objectif, nous explique Grégoire de Streel, président du Réseau Entreprendre Bruxelles. Premièrement, il s'agit d'aller encore plus loin dans l'accompagnement des start-ups dans lesquelles nous croyons, et auxquelles nous prodiguons des conseils. Deuxièmement, la manoeuvre doit renforcer les liens entre les professionnels encadrants du réseau et nos lauréats. Troisièmement, nous espérons que cela induise un effet de levier auprès de banques ou d'institutions publiques ".

Le but du prêt d'honneur est de permettre aux entrepreneurs de mettre le pied à l'étrier, en espérant susciter des financements bancaires plus importants. " Nous savons que 15.000 euros n'est pas une somme faramineuse, poursuit Grégoire de Streel. Mais cette enveloppe permettra aux heureux élus de quitter leurs emplois pendant un an, le temps de lancer leur projet, ou peut-être même de réaliser de petits investissements. Mais pas davantage. C'est pourquoi nous espérons susciter d'autres financements. Et ce pour permettre la création d'entreprises pérennes, produisant un tissu économique solide. "

Les bénéficiaires du prêt d'honneur s'engagent à rembourser la somme endéans les trois ans, à taux zéro. S'ils n'y parviennent pas, c'est le Réseau qui paiera les pots cassés. " D'où l'importance de sélectionner des start-up dans lesquelles nous croyons et qui pourront, à terme, éponger leurs dettes " rappelle Grégoire de Streel.

Pour le Réseau Entreprendre, ces prêts constituent une provision de l'ordre de 700.000 euros, remboursable intégralement. Les fonds proviennent pour deux tiers d'une fondation privée (qui préfère rester anonyme), le reste venant directement des membres du Réseau.

Si ce projet pilote s'avérait concluant, il pourrait aboutir, à terme, à une solution structurelle d'aide financière aux start-up.

Augustin Lippens