Le microcosme belge et européen de la pub le connaît bien. Alain Heureux a été président, pendant 7 ans, de l'association consacrée à la publicité sur le Net IAB Europe, qu'il a quittée en 2013. Il était aussi à la manoeuvre de The Egg, cet espace improbable à deux pas de la gare du midi regroupant entreprises et association du marketing et de la pub où s'organisent régulièrement de gros événements.

Après plusieurs années à l'étranger, où il a accompagné le géant Saint-Gobain dans son développement d'innovation et la mise en place de méthodes agiles, Alain Heureux revient aux affaires à Bruxelles. Son nouveau défi ? Piloter une académie consacrée aux évolutions digitales née au sein du groupe Virtuology International, un groupe principalement articulé autour de 8 start-up du marketing digital et fondé par son ami Cédric Donck.

Les deux hommes se connaissent bien. Très bien. Après s'être rencontrés sur les bancs de l'unif, ils ont fondé ensemble plusieurs entreprises, la première étant Dynam revendue ensuite. Ils ont ensuite dirigé différentes structures, pendant une vingtaine d'années, avant de se séparer lorsque Tagora, qu'ils dirigeaient, allait moins bien.

Après quelques années professionnellement séparés, ils ont finalement décidé de retravailler ensemble au développement de Virtuology Academy.

A l'origine, l'objectif de cette académie née au coeur du groupe Virtuology était de former les quelques 250 collaborateurs du groupe de Cédric Donck dans les domaines de l'innovation, du leadership et du marketing digital. Mais les méthodes développées pour Virtuology Academy ont également été mises à profit de l'externe. Cédric Donck et ses équipes, désormais rejoints par Alain Heureux, entendent challenger et accompagner les comités de directions et managements des grosses boîtes dans leur stratégie d'innovation et sur le développement de projets disruptifs. L'académie compterait des clients comme BNP Paribas, Saint-Gobain, Bayer, Renault, Engie ou Decathlon...

En compagnie de Rémi Salette et de Chloé Joly, Alain Heureux nourrit l'ambition de faire de Virtuology Academy une référence, en France et en Belgique pour commencer, en matière de formation à l'innovation et à la disruption. Deux thèmes particulièrement porteur à l'heure actuelle au sein des "corpo".

Christophe Charlot

Le microcosme belge et européen de la pub le connaît bien. Alain Heureux a été président, pendant 7 ans, de l'association consacrée à la publicité sur le Net IAB Europe, qu'il a quittée en 2013. Il était aussi à la manoeuvre de The Egg, cet espace improbable à deux pas de la gare du midi regroupant entreprises et association du marketing et de la pub où s'organisent régulièrement de gros événements. Après plusieurs années à l'étranger, où il a accompagné le géant Saint-Gobain dans son développement d'innovation et la mise en place de méthodes agiles, Alain Heureux revient aux affaires à Bruxelles. Son nouveau défi ? Piloter une académie consacrée aux évolutions digitales née au sein du groupe Virtuology International, un groupe principalement articulé autour de 8 start-up du marketing digital et fondé par son ami Cédric Donck. Les deux hommes se connaissent bien. Très bien. Après s'être rencontrés sur les bancs de l'unif, ils ont fondé ensemble plusieurs entreprises, la première étant Dynam revendue ensuite. Ils ont ensuite dirigé différentes structures, pendant une vingtaine d'années, avant de se séparer lorsque Tagora, qu'ils dirigeaient, allait moins bien. Après quelques années professionnellement séparés, ils ont finalement décidé de retravailler ensemble au développement de Virtuology Academy. A l'origine, l'objectif de cette académie née au coeur du groupe Virtuology était de former les quelques 250 collaborateurs du groupe de Cédric Donck dans les domaines de l'innovation, du leadership et du marketing digital. Mais les méthodes développées pour Virtuology Academy ont également été mises à profit de l'externe. Cédric Donck et ses équipes, désormais rejoints par Alain Heureux, entendent challenger et accompagner les comités de directions et managements des grosses boîtes dans leur stratégie d'innovation et sur le développement de projets disruptifs. L'académie compterait des clients comme BNP Paribas, Saint-Gobain, Bayer, Renault, Engie ou Decathlon... En compagnie de Rémi Salette et de Chloé Joly, Alain Heureux nourrit l'ambition de faire de Virtuology Academy une référence, en France et en Belgique pour commencer, en matière de formation à l'innovation et à la disruption. Deux thèmes particulièrement porteur à l'heure actuelle au sein des "corpo". Christophe Charlot