1. Les notifications. Les petites bulles rouges (parfois associées à un son ou une vibration) qui se superposent sur le logo de toutes les applications quand survient une nouveauté sont faites pour attirer votre attention. Un nouveau message, de nouveaux amis, de nouveaux likes vous attendent dans l'appli. Revenez vite! Rien de surprenant. Par contre, les géants du Net trouvent les moyens de les multiplier pour créer l'effet de nouveauté, en l'absence même de toute interaction vous concernant. Ainsi, depuis quelque temps, Twitter vous alerte des "temps forts" de vos amis ou lorsque plusieurs contacts ont aimé le même tweet. Il se dit même que certaines applis regroupent les notifications ou les distillent selon les moments où elles auront le plus d'impact auprès de chaque utilisateur.

2. Pages vidéo de Facebook. Depuis peu, quand vous cliquez sur une vidéo qui apparaît dans votre fil Facebook, le réseau social vous l'affiche dans un écran adapté (inspiré de YouTube) dont il n'est pas toujours si simple de sortir. Cet écran vous affiche également d'autres vidéos susceptibles de vous plaire. Ces dernières s'enchaînent d'ailleurs automatiquement...

3. Les likes sur Twitter et Facebook. La mention "j'aime" qu'ont popularisée les réseaux sociaux "constituent des petites récompenses, analyse Dominique Mangiatordi. Le cerveau s'en satisfait et le considère comme un cadeau. Cela génère de la dopamine et participe aussi du phénomène de l'influence sociale". Autrement dit, vous êtes d'abord "récompensé" parce que quelqu'un a pensé à vous. Ensuite, il vous revient de rendre la politesse par un message, un like ou un commentaire.

© iStock / PG

4. Relance automatique de contenus. Les adeptes de séries en savent quelque chose: Netflix leur facilite la vie en enchaînant les épisodes, sans même qu'ils doivent cliquer sur "suivant". En 30 secondes, la machine se relance. Pareil sur YouTube ou sur Spotify, même à la fin des playlists. Vous pensez qu'il s'agit d'une aide au consommateur? En réalité, Netflix et les autres misent sur la paresse et l'inertie des utilisateurs pour les scotcher devant leur écran. Il leur devient plus simple de s'engouffrer encore dans un (ou plusieurs) épisode(s) que d'arrêter pour aller se coucher.

5. "L'autoplay". Initié par Facebook dans le fil d'actualité de ses utilisateurs, l'autoplay consiste à directement commencer à lancer les vidéos sans même que le surfeur ne doive cliquer sur play. La plupart des plateformes (Twitter, Instagram) l'imposent aujourd'hui. Le but est clair: attirer l'oeil de l'utilisateur vers des contenus censés être pertinents et, ainsi, le garder plus longtemps.

6. Organiser le site comme un rayon de supermarché. Quand vous vous rendez en grandes surfaces, on vous fait d'abord passer par certains rayons avant de vous laisser accéder aux articles les plus populaires. L'organisation des boutiques est faite pour vous faire tourner dans les allées et vous faire dépenser. C'est pareil dans l'univers numérique. Pour accéder aux événements Facebook auxquels vous êtes conviés, la firme de Mark Zuckerberg vous oblige d'abord à passer sur le fil d'actualité. Et si elles ne vous imposent pas certains chemins, les firmes technos vous orientent malgré tout. Avant d'accéder à votre musique sur Spotify, vous recevez une multitude de sollicitations musicales qui détourneront votre attention et vous feront rester plus longtemps.

7. La notif' de suivi de message (Snapchat). Dans le même esprit, mais en pire: le réseau au fantôme envoie carrément une notification à ses utilisateurs lorsque certains de leurs contacts... sont en train d'écrire. "On atteint le sommet de l'exploitation de la curiosité et d'impatience de l'utilisateur", observe Dominique Mangiatordi.

© iStock / PG

8. Indications de suivi des messages. Que ce soit sur WhatsApp, Messenger ou iMessage, vous pouvez voir si un message envoyé à un contact a bien été réceptionné et s'il a été lu. Dans WhatsApp, deux petits "V" en bas de vos messages s'affichent s'ils ont bien été délivrés. S'il a été lu, ils deviennent bleus. Pourquoi? "Cela joue sur l'impatience et la curiosité des utilisateurs", répond Dominique Mangiatordi. Quand vous savez que votre contact a lu votre message, vous vous attendez à ce qu'il réponde. Si ce n'est pas le cas immédiatement, vous retournez régulièrement vérifier si une réaction vous attend. Parfois même vous le sollicitez à nouveau avec un autre commentaire pour le faire réagir. Par ailleurs, les systèmes de messagerie vous indiquent aussi au moment où la personne est en train de répondre (par trois petits points qui bougent ou bien par la mention "est en train d'écrire"): une manière de vous faire attendre dans l'appli.

9. Les récompenses. Ainsi Snapchat permet à ses utilisateurs de décrocher des trophées au fur et à mesure qu'ils utilisent l'application. Chacun dispose dans son compte d'une "boîte à trophées" qui se présente comme une série de cadenas. Ces derniers se transforment en trophées au fur et à mesure que les membres réalisent certains types d'actions. "Le fait de ne pas savoir ce qui se trouve derrière le cadenas est hyper incitatif, insiste Dominique Mangiatordi. Cela donne l'impression qu'il s'agit d'un trophée important et aiguise la curiosité des membres. Si, en plus, on combine cela avec l'impatience des utilisateurs, cela donne des résultats incroyables."

10. "Newsfeed" sans fin. "Une autre manière de détourner les gens consiste à les faire consommer des choses, même s'ils n'ont plus faim, écrit Tristan Harris sur son site. Les newsfeeds sont soigneusement conçus pour se remplir automatiquement avec de nouvelles raisons de vous laisser scroller et pour éliminer toute raison de faire une pause, de réfléchir ou de quitter (la plateforme)."

© iStock / PG

11. Anniversaires professionnels sur LinkedIn. "Félicitez votre contact François et trois autres personnes pour leur anniversaire professionnel." Par ce type de message, le réseau social repris par Microsoft vous incite à interagir avec d'autres membres de la communauté. Sur cette "astuce", Tristan Harris soutient, en ligne, que "LinkedIn transforme vos impulsion inconscientes en de nouvelles obligations sociales auxquelles des millions de personnes se sentent obligées de donner suite. Profitant ainsi du temps que les gens passent à interagir."

12. Système de paliers. "Dans l'univers des jeux, dont s'inspirent les firmes de la tech', il existe des tas de techniques pour rendre les gens accros et les inciter à jouer, prévient Dominique Mangiatordi. L'une d'elles consiste en la gestion de niveau : plus vous passez du temps et progressez, plus vous passez des niveaux, plus vous obtenez des badges supplémentaires ou grades différents." Les compétiteurs dans l'âme ne peuvent rester de marbre à ce genre de sollicitation et tentent alors d'atteindre chaque fois de nouveaux objectifs. Pour inciter ses utilisateurs à compléter un maximum leur portrait, LinkedIn a ainsi instauré une gradation dans la "force" des profils. Selon le nombre d'informations que vous fournissez, vous passez de "débutant" à "intermédiaire" (qui vous donne "huit fois plus de chance d'être découvert par des recruteurs et 10 fois plus d'être contacté") à "expert absolu". Il va de soi que LinkedIn utilise cette technique pour affiner son profilage, faire en sorte de vous proposer plus de contacts pertinents, augmenter votre intérêt dans la plateforme et, in fine, vous faire revenir régulièrement.

© iStock / PG

13. Les "stories". Les stories qui se multiplient dans les applis comme Instagram, Snapchat ou Messenger poussent aussi les utilisateurs à revenir plus régulièrement sur les interfaces. Le concept? Partager des photos de moments clés de sa journée avec sa communauté. "Cela place l'application au coeur de sa journée, explique Sabrina Bulteau, fondatrice de l'agence BeConnect. Le format est adapté à une histoire qui se complète au fur et à mesure. Les utilisateurs qui commencent une story sont donc incités à revenir régulièrement."

14. Les recommandations. Déclinées par tous les acteurs du numérique, les recommandations constituent un puissant outil. Tant pour pousser à l'achat... que pour allonger la durée de visite. Quand vous passez commande sur Amazon, la firme de Jeff Bezos vous suggère de découvrir d'autres produits complémentaires que d'autres ont acheté en même temps. Et cela marche. Quand Netflix vous conseille des séries sur la base de votre consommation de contenu, c'est pour attirer votre attention sur ce qui vous plaira... et donc vous retiendra. Quand Twitter vous signale que plusieurs de vos contacts ont aimé le tweet d'un tiers, c'est aussi pour attirer votre attention et vous inciter à entrer en action par un like, un retweet, vous aussi.

© iStock / PG

15. Indications de contact en ligne.Les utilisateurs de l'application Messenger de Facebook l'ont vu apparaître ces dernières semaines. Ce petit point vert qui s'affiche tout au-dessus de l'appli avec la mention "Cédric est actuellement en ligne" semble faire doublon avec les photos de profils de tous ceux qui sont connectés. Mais cela n'a rien du hasard ou de l'erreur. Cette nouvelle mention renforce le caractère prétendument exceptionnel de cette présence ainsi que l'urgence de lui parler. Surtout que Facebook choisit systématiquement des personnes à qui vous parlez régulièrement et donc à qui vous pourriez bien avoir quelque chose à dire. Alors que vous veniez pour consulter certains messages, vous vous retrouvez finalement à bavarder avec Cédric.