MySpace, acquis à prix d'or par News Corp. en 2005, a été revendu pour quelques dizaines de millions de dollars à une régie publicitaire en ligne, Specific Media, qui entend en faire un vecteur pour ses activités.

L'ancien n° 1 des réseaux sociaux "a transformé la façon dont les gens découvrent, consomment et entrent en relation avec les contenus en ligne, a souligné Tim Vanderhook, CEO de Specific Media, cité dans un communiqué. Il y a beaucoup de synergies entre nos entreprises car nous nous attachons tous à enrichir l'expérience des médias numériques en les rendant plus pertinents et plus intéressants."

Ni Specific Media ni News Corp., qui gardera une participation minoritaire, n'ont annoncé le prix de la transaction. Selon les médias américains, la transaction représenterait toutefois un montant compris entre 30 millions et 40 millions de dollars... bien loin des 580 millions versés en 2005 par le groupe de Rupert Murdoch !

Dans le même temps, une note de service publiée par le site d'informations All Things Digital indique que MySpace va subir une nouvelle cure d'amaigrissement drastique. Selon certaines informations, la moitié des effectifs seraient touchés, soit environ 200 personnes.

Mike Jones, CEO de MySpace, qui avait déjà supprimé 47 % des effectifs en début d'année, a annoncé qu'il quitterait lui-même l'entreprise au terme d'une transition de deux mois.

Trends.be, avec Belga

MySpace, acquis à prix d'or par News Corp. en 2005, a été revendu pour quelques dizaines de millions de dollars à une régie publicitaire en ligne, Specific Media, qui entend en faire un vecteur pour ses activités.L'ancien n° 1 des réseaux sociaux "a transformé la façon dont les gens découvrent, consomment et entrent en relation avec les contenus en ligne, a souligné Tim Vanderhook, CEO de Specific Media, cité dans un communiqué. Il y a beaucoup de synergies entre nos entreprises car nous nous attachons tous à enrichir l'expérience des médias numériques en les rendant plus pertinents et plus intéressants."Ni Specific Media ni News Corp., qui gardera une participation minoritaire, n'ont annoncé le prix de la transaction. Selon les médias américains, la transaction représenterait toutefois un montant compris entre 30 millions et 40 millions de dollars... bien loin des 580 millions versés en 2005 par le groupe de Rupert Murdoch !Dans le même temps, une note de service publiée par le site d'informations All Things Digital indique que MySpace va subir une nouvelle cure d'amaigrissement drastique. Selon certaines informations, la moitié des effectifs seraient touchés, soit environ 200 personnes.Mike Jones, CEO de MySpace, qui avait déjà supprimé 47 % des effectifs en début d'année, a annoncé qu'il quitterait lui-même l'entreprise au terme d'une transition de deux mois.Trends.be, avec Belga