Les entreprises sont encore trop peu concernées par le développement de leur personnel. Dans une économie numérique, le talent et l'expertise sont les principales matières premières. La population belge a un niveau de formation élevé, mais sur le plan des compétences numériques, nous n'utilisons absolument pas notre potentiel.
...

Les entreprises sont encore trop peu concernées par le développement de leur personnel. Dans une économie numérique, le talent et l'expertise sont les principales matières premières. La population belge a un niveau de formation élevé, mais sur le plan des compétences numériques, nous n'utilisons absolument pas notre potentiel.En premier lieu, nous accordons trop peu de priorité au recyclage des employés plus âgés. Les robots et les logiciels prennent à leur compte les petites tâches routinières. A cet égard, les compétences verbales et sociales gagnent en importance. Ces dernières ne sont souvent pas encore bien développées chez les débutants. A priori, les employés plus âgés ne sont par conséquent pas perdus, dans une économie numérique, ils sont même d'une importance vitale. La Silicon Valley semble se concentrer sur des jeunes starters. Mais ceux-ci peuvent s'adresser à un large réseau d'entrepreneurs technologiques et de cadres disposant d'une large expérience. En deuxième lieu, il y a trop de jeunes sans diplôme. Sans une bonne formation scolaire générale, il est quasi impossible d'avoir de bonnes compétences numériques. Le ministre Alexander De Croo, chargé de l'Agenda numérique, a lancé dernièrement un digital skills fund, mais les 18 millions d'euros qui y sont injectés sont insuffisants pour les défis face auxquels nous nous trouvons. Les sociétés doivent également prendre leur responsabilité. Le recyclage de leur personnel se voit souvent freiné par un manque d'argent, de temps et d'expertise.Certaines sociétés estiment également le risque trop élevé d'investir dans des collaborateurs qui risquent dès lors d'être chassés par la concurrence. A tort, car les collaborateurs non qualifiés représentent une plus grande menace pour une société que le roulement du personnel. Si l'économie belge veut rester pertinente, les autorités et le monde des entreprises vont devoir investir beaucoup plus dans la formation des employés. Cela peut être stimulé par le biais d'un nouveau grand fonds public-privé, des mesures fiscales favorables, etc. La couleur du chat n'a pas d'importance... tant qu'il attrape des souris rapidement et en quantité.