Itsme vise à remplacer tous les lecteurs de carte, mots de passe et autres tokens en liant la carte d'identité électronique au smartphone du citoyen. Elle a été développée par le consortium Belgian Mobile ID, lui-même constitué des quatre grandes banques (Belfius, BNP Paribas Fortis, KBC et ING) et des opérateurs télécom (Orange, Proximus et Base/Telenet). Si elle servait dès le départ à réaliser par exemple des transactions bancaires en toute sécurité, c'est grâce à la reconnaissance du gouvernement fédéral que sa croissance a connu un vrai boost.

Depuis la mi-janvier, le nombre d'utilisateurs de l'application a en effet doublé, et le rythme d'adhésion a crû de 60% depuis début mai et l'ouverture de Tax-on-Web.

"La croissance rapide d'itsme pour les applications en ligne du gouvernement montre que les efforts des autorités pour en faciliter l'accès est apprécié et que les citoyens belges ne rechignent certainement pas à un surcroît d'interaction numérique avec les pouvoirs publics", estime le ministre de l'Agenda numérique, Alexander De Croo.

Outre les services officiels comme MyPension, MyMinFin, eHealth ou encore Tax-on-Web - pour lesquels 8,57% des connexions se font maintenant via itsme -, l'application séduit d'autres acteurs. De nombreuses banques et assurances sont en discussion pour intégrer le service, et certaines d'entre elles l'auront fait d'ici la fin de l'année.

Et pour faciliter son expansion internationale, itsme a conclu un partenariat commercial avec son homologue au Grand-Duché, LuxTrust. "Ce partenariat stratégique nous permet d'envisager la création d'une identité digitale unique en Belgique et au Grand-Duché de Luxembourg", conclut Pascal Rogiers, CEO de LuxTrust.

Itsme vise à remplacer tous les lecteurs de carte, mots de passe et autres tokens en liant la carte d'identité électronique au smartphone du citoyen. Elle a été développée par le consortium Belgian Mobile ID, lui-même constitué des quatre grandes banques (Belfius, BNP Paribas Fortis, KBC et ING) et des opérateurs télécom (Orange, Proximus et Base/Telenet). Si elle servait dès le départ à réaliser par exemple des transactions bancaires en toute sécurité, c'est grâce à la reconnaissance du gouvernement fédéral que sa croissance a connu un vrai boost. Depuis la mi-janvier, le nombre d'utilisateurs de l'application a en effet doublé, et le rythme d'adhésion a crû de 60% depuis début mai et l'ouverture de Tax-on-Web. "La croissance rapide d'itsme pour les applications en ligne du gouvernement montre que les efforts des autorités pour en faciliter l'accès est apprécié et que les citoyens belges ne rechignent certainement pas à un surcroît d'interaction numérique avec les pouvoirs publics", estime le ministre de l'Agenda numérique, Alexander De Croo. Outre les services officiels comme MyPension, MyMinFin, eHealth ou encore Tax-on-Web - pour lesquels 8,57% des connexions se font maintenant via itsme -, l'application séduit d'autres acteurs. De nombreuses banques et assurances sont en discussion pour intégrer le service, et certaines d'entre elles l'auront fait d'ici la fin de l'année. Et pour faciliter son expansion internationale, itsme a conclu un partenariat commercial avec son homologue au Grand-Duché, LuxTrust. "Ce partenariat stratégique nous permet d'envisager la création d'une identité digitale unique en Belgique et au Grand-Duché de Luxembourg", conclut Pascal Rogiers, CEO de LuxTrust.