Les deux principaux centres de recherche et d'innovation en nanoélectronique et en technologie numérique ont ainsi lancé un partenariat stratégique dans le domaine de intelligence artificielle et en informatique quantique avec la signature de cette lettre d'intention. Ce sont deux expertises stratégiques essentielles pour l'industrie européenne. Afin de renforcer son indépendance stratégique et économique, l'Europe veut jouer un rôle moteur dans le développement de ces technologies.

La collaboration étroite entre Imec et le CEA-Leti reflètera principalement dans le développement et le test d'ordinateurs neuromorphes - soit avec une puce à auto-apprentissage - et d'ordinateurs quantiques. Ils doivent fournir une boîte à outils numérique aux partenaires industriels européens. Ils peuvent ainsi innover dans divers domaines: des soins de santé personnalisés à la nouvelle industrie de fabrication et aux secteurs de l'énergie intelligente en passant par la mobilité intelligente.

Stimuler le développement économique

Le but est que l'intelligence artificielle stimule le développement économique. "L'un des grands défis pour l'Europe est son utilisation industrielle dans un large éventail d'applications dans des domaines d'innovation prometteurs", a déclaré Luc Van den Hove, président du conseil d'administration et chef de la direction d'Imec.

"La nouvelle coopération franco-belge contribuera à raccourcir le temps de développement des technologies, ce qui créera de nombreuses nouvelles opportunités commerciales pour nos partenaires industriels européens." "Grâce à ce partenariat, l'industrie européenne peut compter sur des innovations dans les domaines de l'aviation, de la défense, de l'automobile, de l'industrie 4.0 et des soins de santé", a de son côté déclaré Emmanuel Sabonnadière, PDG de CEA-Leti.

Les deux principaux centres de recherche et d'innovation en nanoélectronique et en technologie numérique ont ainsi lancé un partenariat stratégique dans le domaine de intelligence artificielle et en informatique quantique avec la signature de cette lettre d'intention. Ce sont deux expertises stratégiques essentielles pour l'industrie européenne. Afin de renforcer son indépendance stratégique et économique, l'Europe veut jouer un rôle moteur dans le développement de ces technologies. La collaboration étroite entre Imec et le CEA-Leti reflètera principalement dans le développement et le test d'ordinateurs neuromorphes - soit avec une puce à auto-apprentissage - et d'ordinateurs quantiques. Ils doivent fournir une boîte à outils numérique aux partenaires industriels européens. Ils peuvent ainsi innover dans divers domaines: des soins de santé personnalisés à la nouvelle industrie de fabrication et aux secteurs de l'énergie intelligente en passant par la mobilité intelligente. Le but est que l'intelligence artificielle stimule le développement économique. "L'un des grands défis pour l'Europe est son utilisation industrielle dans un large éventail d'applications dans des domaines d'innovation prometteurs", a déclaré Luc Van den Hove, président du conseil d'administration et chef de la direction d'Imec. "La nouvelle coopération franco-belge contribuera à raccourcir le temps de développement des technologies, ce qui créera de nombreuses nouvelles opportunités commerciales pour nos partenaires industriels européens." "Grâce à ce partenariat, l'industrie européenne peut compter sur des innovations dans les domaines de l'aviation, de la défense, de l'automobile, de l'industrie 4.0 et des soins de santé", a de son côté déclaré Emmanuel Sabonnadière, PDG de CEA-Leti.