C'est indéniable, les réseaux sociaux créent des dépendances plus ou moins fortes. Les notifications incessantes de Facebook, Twitter, Snapchat,... nous rendent accros comme le ferait une dose de cocaïne. Ces plateformes n'ont, en fait, rien inventé en matière de dépendance psychologue. Elles se basent sur les mécanismes de l'industrie des jeux du hasard pour garder l'utilisateur actif et surtout le faire revenir sans cesse, s'immisçant chaque jour un peu plus dans leur quotidien et leurs habitudes. Ces mécanismes - à l'instar de ceux des machines à sous - sont tellement ancrés qu'ils activent des réactions dans le cerveau semblable à l'effet de la cocaïne. L'utilisateur en arrive même à recevoir des notifications et des appels 'fantômes' quand il pense que son téléphone vibre alors qu'il n'en est rien.
...