Un site de commerce électronique chinois, Alixepress, fait une percée en Belgique, si l'on en croit le classement publié par l'association Becommerce, à l'occasion d'un Cross-Border Summit qui se tient ce 20 novembre. Le classement indique aussi une forte progression de Media Markt, qui passe de la 30e à la 8e place. Et le léger recul de Zalando, de la 2e à la 4e place (comparaison du top 10 2014 vs top 10 2015 plus bas). La majorité des acteurs classés sont étrangers.
...

Un site de commerce électronique chinois, Alixepress, fait une percée en Belgique, si l'on en croit le classement publié par l'association Becommerce, à l'occasion d'un Cross-Border Summit qui se tient ce 20 novembre. Le classement indique aussi une forte progression de Media Markt, qui passe de la 30e à la 8e place. Et le léger recul de Zalando, de la 2e à la 4e place (comparaison du top 10 2014 vs top 10 2015 plus bas). La majorité des acteurs classés sont étrangers. Une filiale d'AlibabaLe cas d'Alixepress est intrigant. Il s'agit d'une plateforme développée par le géant chinois Alibaba, qui met en contact les grossistes asiatiques avec des consommateurs du monde entier. On y trouve de tout : des jouets, des vêtements, des smartphones, avec l'argument des petits prix et, souvent, de la livraison gratuite. Le site séduit manifestement le public belge. C'est la version internationale d'un site développé en Chine par Alibaba, Taobao.Alibaba est un acteur qui a pignon sur rue. Il est côté à New York, avec une capitalisation boursière de plus de 190 milliards de dollars (à comparer aux 300 milliards de dollars d'Amazon), son patron Jack Ma est un des patrons chinois les plus connus dans le monde. Ces circonstances augmentent la confiance que peuvent avoir les consommateurs vis-à-vis d'un site de commerce électronique chinois.Un soupçon de contrefaçonAlibaba est accusé de favoriser, avec ses sites, la commercialisation de contrefaçons. Le groupe français Kering (Gucci, Yves Saint-Laurent notamment) a lancé une procédure à l'encontre d'Alibaba, notamment au sujet de faux sacs Gucci vendus dans des boutiques sur le marketplace Taoboa. La visite du site AliExpress peut laisser place au doute, on y voit des chaussures de sport avec un logo très Nike sans que la marque soit indiquée explicitement, à moins de 20 euros la paire. Le consommateur prend des risques à acheter des articles contrefaits qui pourraient être saisis à la douane. Le site AliExpress cherche à rassurer les clients avec un label "genuine products", où le fournisseur garantit l'authenticité du produit. En cas de contrefaçon AliExpress assure que le produit est remboursable, frais de livraison éventuels inclus.Dans les produits les plus vendus : un boxer sexy pour homme à 2,76 eurosLe site est toutefois rempli de milliers d'articles qui n'ont rien à voir avec des marques : des bijoux bon marché, des téléphones pas chers, et même des cheveux. Parmi les meilleures ventes figure un correcteur de posture, un brassard pour maintenir le dos dans les activités sportives (homme ou femme), vendu 2,23 euros, une souris optique à 2,58 euros et un sous-vêtement sexy pour homme, un boxer à 2,76 euros, aux dessins affriolants.AlixEpress a été lancé en 2010 et est actif sur des marchés aussi différents que la Russie, les Etats-Unis, le Brésil. En 2014, AliExpress réalisait 285 millions de dollars de ventes, en hausse de 88%.