C'est bien connu, les prédictions en matière d'intelligence artificielle (IA) sont hasardeuses. Mais aujourd'hui, l'horizon s'éclaircit. Les progrès du machine learning (l'apprentissage automatique), un champ d'étude de l'intelligence artificielle, réveillent l'intérêt des entrepreneurs. Cette technologie trouve des applications pour tout, de la publicité ciblée sur internet à la voiture sans chauffeur. Parmi les étapes de son développement, on peut rappeler la victoire en 2015 de l'IA développée par DeepMind, une filiale de Google, contr...

C'est bien connu, les prédictions en matière d'intelligence artificielle (IA) sont hasardeuses. Mais aujourd'hui, l'horizon s'éclaircit. Les progrès du machine learning (l'apprentissage automatique), un champ d'étude de l'intelligence artificielle, réveillent l'intérêt des entrepreneurs. Cette technologie trouve des applications pour tout, de la publicité ciblée sur internet à la voiture sans chauffeur. Parmi les étapes de son développement, on peut rappeler la victoire en 2015 de l'IA développée par DeepMind, une filiale de Google, contre le champion du monde de go, un jeu de stratégie asiatique réputé pour sa complexité. Cette discipline va-t-elle continuer à progresser à un tel rythme ? Des chercheurs des universités d'Oxford et de Yale ont posé la question à plusieurs centaines de participants à deux grandes conférences sur l'IA. Ils ont publié leur étude en mai 2017. Commençons par la bonne nouvelle : les humains devraient conserver leur supériorité sur les machines (dans l'exécution d'une liste de tâches proposées) pour encore quelque 125 ans. Que ceux qui redoutent une " explosion " d'IA où les humains se trouveraient distancés par l'émergence de machines intelligentes capables de produire des générations toujours plus perfectionnées se rassurent également les experts estiment que le poste de " chercheur en intelligence artificielle " sera parmi les derniers métiers à être automatisé (à moins, bien sûr, que les spécialistes en IA se voilent tout autant la face que nous). Mais de nouvelles avancées sont à venir. Une machine pourrait remporter les championnats du monde de poker (World Series) d'ici les trois prochaines années, affirment les chercheurs, et les robots devraient dépasser les performances humaines dans l'art de plier le linge d'ici environ cinq ans (les tâches physiques posent généralement plus de difficultés aux machines que les opérations abstraites et intellectuelles). Les conducteurs de camions devraient devenir obsolètes dans la décennie à venir, tandis que les vendeurs en magasin en ont encore pour une quinzaine d'années. Les machines seront capables d'écrire des best-sellers d'ici 30 ans. Voilà en tout cas pour les ordres de grandeur. Le plus frappant dans cette étude est la variété des prédictions avancées par les chercheurs. Les plus exaltés prédisent l'obsolescence complète de l'humanité d'ici le milieu du siècle ; les plus pessimistes (ou optimistes, c'est selon) ne l'imaginent pas avant 200 ans. L'écart tient souvent à des différences géographiques. Les chercheurs américains sont les plus prudents. Selon eux, l'automatisation complète ne sera pas une réalité avant 169 ans. Leurs homologues asiatiques ne nous laissent que 104 ans. Par Tim Cross.