Créé en 2018 seulement, le pacte successoral permet aux parents de traiter, de leur vivant, la question des donations et autres avantages reçus par les uns et les autres, comme des études onéreuses ou l'accueil des petits-enfants.

Un avant-projet de décret approuvé par le gouvernement flamand la semaine dernière pourrait avoir des conséquences importantes pour la planification de la succession, met en garde mercredi la Fédération royale du notariat belge. "Les nouvelles règles peuvent avoir des conséquences importantes pour ceux qui ont déjà inclus un legs en duo dans leur testament", souligne ainsi la notaire Carol Bohyn, porte-parole de Notaire.be.