"Je suis personnellement très déçu de ce qui s'est passé la semaine dernière avec le Fyra. D'autant que, tout doucement, le taux de fiabilité s'améliorait. On pouvait espérer une amélioration du service", a déploré lundi l'administrateur délégué de la SNCB, Marc Descheemaecker, soulignant les efforts importants fournis par le personnel technique des chemins de fer néerlandais pour résoudre les problèmes rencontrés. Ces dernière semaines, la ponctualité des Fyra n'avait en effet quasiment fait que s'améliorer, passant d'un taux de 47,4% de trains (73 trains) avec moins de six minutes de retard durant la semaine du 9 au 16 décembre 2012 à un pourcentage de 73,2% (101 trains) durant la semaine du 7 au 13 janvier 2013. La semaine du 14 au 20 janvier s'est donc avérée catastrophique avec seulement 24% de trains (33 trains) ayant connu moins de six minutes de retard. Les nombreux problèmes techniques qu'a connus le Fyra la semaine dernière, qualifiés "d'hallucinants" par M. Descheemaecker, ont contraint les chemins de fer néerlandais et belge à suspendre, pour une durée indéterminée, le service des Fyra. La SNCB a par ailleurs annoncé lundi sa décision d'accorder trois mois au constructeur italien AnsaldoBreda pour amener les rames au niveau de qualité souhaité, sous peine d'une annulation du contrat. La SNCB a aussi décidé de ne pas réceptionner les trois rames Fyra qu'elle avait commandées pour un montant de 63 millions d'euros. (MUA)

"Je suis personnellement très déçu de ce qui s'est passé la semaine dernière avec le Fyra. D'autant que, tout doucement, le taux de fiabilité s'améliorait. On pouvait espérer une amélioration du service", a déploré lundi l'administrateur délégué de la SNCB, Marc Descheemaecker, soulignant les efforts importants fournis par le personnel technique des chemins de fer néerlandais pour résoudre les problèmes rencontrés. Ces dernière semaines, la ponctualité des Fyra n'avait en effet quasiment fait que s'améliorer, passant d'un taux de 47,4% de trains (73 trains) avec moins de six minutes de retard durant la semaine du 9 au 16 décembre 2012 à un pourcentage de 73,2% (101 trains) durant la semaine du 7 au 13 janvier 2013. La semaine du 14 au 20 janvier s'est donc avérée catastrophique avec seulement 24% de trains (33 trains) ayant connu moins de six minutes de retard. Les nombreux problèmes techniques qu'a connus le Fyra la semaine dernière, qualifiés "d'hallucinants" par M. Descheemaecker, ont contraint les chemins de fer néerlandais et belge à suspendre, pour une durée indéterminée, le service des Fyra. La SNCB a par ailleurs annoncé lundi sa décision d'accorder trois mois au constructeur italien AnsaldoBreda pour amener les rames au niveau de qualité souhaité, sous peine d'une annulation du contrat. La SNCB a aussi décidé de ne pas réceptionner les trois rames Fyra qu'elle avait commandées pour un montant de 63 millions d'euros. (MUA)