Fin juin 2008, Fortis a procédé à une augmentation de capital de 1,5 milliard, ainsi qu'à une série d'autres mesures afin de renforcer le capital de la société. Dans un mail adressé au Jean-Paul Votron le 26 juin vers 1h du matin, Lippens exprime son inquiétude. "Toi et tes équipes -et peut-être moi aussi- allons être confrontés, dans les prochaines heures, à des questions ENORMES et EXISTENTIELLES pour l'avenir de Fortis", écrit-il dans ce courriel. "(...) L'attention devrait uniquement être le SAUVETAGE -et je pense réellement SAUVETAGE- de Fortis"(...) Sois très prudent. PAS pour moi, mais pour Fortis." Mais dans les jours qui suivent, il n'y a plus aucun signe du sentiment de quasi-panique de Lippens. Dans une interview accordée dans le cadre de l'émission "Terzake", il affirme que des temps difficiles s'annoncent mais qu'il est optimiste quant à la reprise d'ABN Amro. "Nous avons acquis le plu beau joyau. Et nous disposons d'un matelas. Je dirais: mesdames et messieurs, investissez aussi vite que possible." Interrogé fin août, Maurice Lippens disait: "J'étais inquiet à la veille de l'augmentation de capital, c'est vrai. Car, en tant que président non-exécutif, je n'étais que partiellement informé. J'ai été rassuré en cours de journée par les membres du management." (Belga)

Fin juin 2008, Fortis a procédé à une augmentation de capital de 1,5 milliard, ainsi qu'à une série d'autres mesures afin de renforcer le capital de la société. Dans un mail adressé au Jean-Paul Votron le 26 juin vers 1h du matin, Lippens exprime son inquiétude. "Toi et tes équipes -et peut-être moi aussi- allons être confrontés, dans les prochaines heures, à des questions ENORMES et EXISTENTIELLES pour l'avenir de Fortis", écrit-il dans ce courriel. "(...) L'attention devrait uniquement être le SAUVETAGE -et je pense réellement SAUVETAGE- de Fortis"(...) Sois très prudent. PAS pour moi, mais pour Fortis." Mais dans les jours qui suivent, il n'y a plus aucun signe du sentiment de quasi-panique de Lippens. Dans une interview accordée dans le cadre de l'émission "Terzake", il affirme que des temps difficiles s'annoncent mais qu'il est optimiste quant à la reprise d'ABN Amro. "Nous avons acquis le plu beau joyau. Et nous disposons d'un matelas. Je dirais: mesdames et messieurs, investissez aussi vite que possible." Interrogé fin août, Maurice Lippens disait: "J'étais inquiet à la veille de l'augmentation de capital, c'est vrai. Car, en tant que président non-exécutif, je n'étais que partiellement informé. J'ai été rassuré en cours de journée par les membres du management." (Belga)