En septembre dernier, un vidéo-club a fait place à une supérette d'un nouveau genre à Beaufays, en périphérie liégeoise. Après avoir relevé le pari du circuit court dans le magasin attenant à la station-service Kennedy située au coeur de la cité ardente, Stéphane-Alexandre Uhoda (30 ans) a ouvert le premier magasin de proximité à part entière du groupe Uhoda, qui détient par ailleurs un réseau de shops, pompes à essence, car-wash et parkings.
...

En septembre dernier, un vidéo-club a fait place à une supérette d'un nouveau genre à Beaufays, en périphérie liégeoise. Après avoir relevé le pari du circuit court dans le magasin attenant à la station-service Kennedy située au coeur de la cité ardente, Stéphane-Alexandre Uhoda (30 ans) a ouvert le premier magasin de proximité à part entière du groupe Uhoda, qui détient par ailleurs un réseau de shops, pompes à essence, car-wash et parkings."Je n'ai pas d'intérêt particulier pour les services automobiles. Ma passion, c'est l'alimentation et la gastronomie. Depuis tout petit, j'ai la chance de fréquenter de bons restaurants, en Belgique et à l'étranger. À l'issue de mes études à HEC-Liège, j'ai travaillé au département marketing de l'entreprise familiale avant de me concentrer sur le shop accolé à notre station-service du centre-ville liégeois. Nous y avons revu l'assortiment en profondeur en collaboration avec des producteurs locaux. Ceux-ci prennent un risque en nous faisant confiance et il est important que nous soignions leur image", explique Stéphane-Alexandre Uhoda.Quelle a été votre réflexion de départ avant de développer ce concept de circuit court ?Stéphane-Alexandre Uhoda : "L'époque où les gens faisaient leurs courses hebdomadaires le samedi en famille est révolue. Aujourd'hui, ils commandent l'eau, le lait et les produits d'entretien en ligne. Pour le reste, ils font de plus en plus leurs courses au quotidien. Au sein d'un couple, les deux conjoints travaillent et ils ne rentrent pas forcément tôt. Le premier qui a terminé va acheter de quoi (préparer à) manger, de façon beaucoup plus spontanée, en fonction de l'humeur du moment. Ce que j'aime dans notre concept à Beaufays, c'est que les clients peuvent se faire plaisir en se laissant tenter par un plat cuisiné de qualité et une bonne bouteille de vin pour décompresser après une grosse journée."Fragilisée par l'e-commerce et la frénésie du bio et/ou local, la grande distribution cherche aussi à fidéliser sa clientèle et à gagner en authenticité. Comment vous démarquez-vous ?Stéphane-Alexandre Uhoda : "Il y a quelques années, un shop de station-service présentait l'avantage d'être ouvert 7 jours sur 7 et plus tard en soirée que les supermarchés. Aujourd'hui, les grandes enseignes ont élargi leurs horaires et diversifié leurs gammes tout en étant meilleur marché. Pour rester compétitifs et apporter une plus-value aux clients, nous devions nous réinventer. C'est ainsi que nous avons eu l'idée de collaborer avec des fournisseurs locaux. Des arrivages journaliers garantissent la qualité et la fraîcheur. De plus, nous proposons des produits en exclusivité comme la gaufre du pâtissier liégeois Bernard Eggenols (la préférée du prince Laurent, nous en vendons entre 30 et 40 par jour). Le magasin de Beaufays est un guichet unique où le client retrouve son boucher, son maraîcher et son caviste à une seule adresse, ce qui lui offre un précieux gain de temps. Pour nous différencier de la concurrence, nous avons également supprimé le loto et la presse de nos rayons. Quant aux cigarettes, exit le traditionnel panneau situé derrière le vendeur, elles sont désormais rangées sous le comptoir."Ce n'est pas trop difficile de se défaire de l'image des stations-service associée au groupe Uhoda ? Stéphane-Alexandre Uhoda : "En effet, tout a commencé dans le secteur des carburants. Originaire de Croatie, mon grand-père s'est installé dans les années 60 à Liège et y a ouvert une pompe à essence avec un car-wash et un parking. Ensuite, l'entreprise familiale a pris de l'ampleur avec mon père qui a racheté plusieurs stations et réseaux de stations. À Beaufays, après avoir envisagé dans un premier temps de ne pas mentionner le nom Uhoda - fortement connoté carburant -, nous avons finalement décidé de le conserver. L'agence de communication Base Design nous a en effet convaincus qu'il fonctionnait très bien, notamment grâce aux deux consonnes qui représentent une symétrie. Ils nous ont proposé un logo tellement beau et hyper-lisible que nous leur avons fait confiance. Nous devons maintenant travailler sur la communication pour que les gens associent ce commerce baptisé Uhoda Passion Service à un magasin d'alimentation qualitatif."Le groupe Uhoda est visiblement en train de prendre une autre direction. S'agit-il d'un virage vertueux ou d'une nécessité économique ?Stéphane-Alexandre Uhoda : "Le secteur pétrolier est arrivé à maturité et nous avons donc décidé de nous recentrer sur nos magasins de proximité. C'est aussi une question d'opportunités et de coups de coeur. Par exemple, dans un tout autre domaine (Stephan Uhoda est également CEO de Cecoforma Events & Communication, NDLR), mon père a eu l'occasion d'orchestrer la Schtroumpf Expérience, une exposition immersive qui fait le tour du monde."Quels sont vos objectifs pour 2020 ?Stéphane-Alexandre Uhoda : "Notre clientèle de Beaufays est constituée de 80% d'habitués. Les ventes ont bien démarré, mais elles stagnent. Nous avons fait imprimer un dépliant pour présenter les différents fournisseurs du magasin. Car ce que je souhaite avant toute chose, c'est que les gens comprennent notre concept novateur. Par la suite, j'aimerais le développer dans le grand Liège."