A l'époque, La Haye lui avait apporté, dans l'ordre : 10 milliards d'euros pour renforcer ses fonds propres, 5 milliards pour restructurer un portefeuille d'actifs dépréciés et enfin des garanties d'Etat pour pouvoir lever de la dette plus facilement. Aujourd'hui, l'enseigne au lion affirme avoir repayé les capitaux ainsi que les intérêts, primes et commissions, qui y étaient liés.

Au final, la plus-value brute pour le gouvernement est de 5,3 milliards. C'est-à-dire non comprises les charges d'emprunt que ce dernier a dû supporter pour lui-même trouver l'argent.

A l'époque, La Haye lui avait apporté, dans l'ordre : 10 milliards d'euros pour renforcer ses fonds propres, 5 milliards pour restructurer un portefeuille d'actifs dépréciés et enfin des garanties d'Etat pour pouvoir lever de la dette plus facilement. Aujourd'hui, l'enseigne au lion affirme avoir repayé les capitaux ainsi que les intérêts, primes et commissions, qui y étaient liés. Au final, la plus-value brute pour le gouvernement est de 5,3 milliards. C'est-à-dire non comprises les charges d'emprunt que ce dernier a dû supporter pour lui-même trouver l'argent.