Le gouvernement flamand a officiellement déposé le 30 avril son plan d'aménagement régional prévoyant d'agrandir le port d'Anvers. Les hameaux Ouden Doel et Rapenburg doivent, selon le scénario, laisser place à un nouveau chantier naval, le Saeftinghedok. Treize requêtes ont entre-temps été déposées contre ce plan, a-t-on appris auprès du greffe du Conseil d'Etat, qui ne communique pas les auteurs de ces requêtes. Mardi, la presse flamande rapportait toutefois que l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) et Electrabel avaient été au Conseil d'Etat car le plan d'aménagement menacerait l'exploitation, dans le respect des mesures de sécurité, de la centrale de Doel. Le gouvernement flamand s'est dit étonné de cette information. Selon l'association Doel 2020, qui est elle-même à l'origine d'une requête, des procédures ont aussi été initiées par les communes de Sint-Gillis-Waas et Beveren-Waas, ou encore par des organisations agricoles des polders. Doel 2020 estime que le gouvernement flamand a pris des "risques irresponsables" et déplore également le peu de réflexion qui a accompagné l'élaboration d'un tel plan. (Belga)

Le gouvernement flamand a officiellement déposé le 30 avril son plan d'aménagement régional prévoyant d'agrandir le port d'Anvers. Les hameaux Ouden Doel et Rapenburg doivent, selon le scénario, laisser place à un nouveau chantier naval, le Saeftinghedok. Treize requêtes ont entre-temps été déposées contre ce plan, a-t-on appris auprès du greffe du Conseil d'Etat, qui ne communique pas les auteurs de ces requêtes. Mardi, la presse flamande rapportait toutefois que l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) et Electrabel avaient été au Conseil d'Etat car le plan d'aménagement menacerait l'exploitation, dans le respect des mesures de sécurité, de la centrale de Doel. Le gouvernement flamand s'est dit étonné de cette information. Selon l'association Doel 2020, qui est elle-même à l'origine d'une requête, des procédures ont aussi été initiées par les communes de Sint-Gillis-Waas et Beveren-Waas, ou encore par des organisations agricoles des polders. Doel 2020 estime que le gouvernement flamand a pris des "risques irresponsables" et déplore également le peu de réflexion qui a accompagné l'élaboration d'un tel plan. (Belga)