"Depuis plus d'un an, la direction a négocié avec plusieurs repreneurs. Ces négociations n'ont pas abouti et la compagnie doit aujourd'hui se placer sous la protection du Tribunal de Commerce de Bobigny", a expliqué la société, moins de trois semaines après qu'une autre compagnie française, Aigle Azur, a recouru à la même procédure. (Belga)