Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average a reculé de 2,71% à 25.447,31 points. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a cédé 2,19% à 9.909,17 points. L'indice élargi S&P 500 a perdu 2,59% à 3.050,33 points. Pour Quincy Krosby, responsable de la stratégie marchés chez Prudential Financial, "ce n'est pas seulement la hausse du nombre de cas, mais aussi celui d'hospitalisations" qui tourmente le marché. L'immunologiste en chef de la Maison Blanche, le Dr Anthony Fauci, s'est dit mardi "vraiment" inquiet devant les poussées "préoccupantes" du nombre de cas dans plusieurs Etats américains. "Les deux prochaines semaines seront critiques" pour y répondre, a-t-il estimé. La dégradation de la situation sanitaire fait peser la menace d'un coup d'arrêt à la reprise économique mondiale et américaine. A cet égard, le Fonds monétaire international (FMI) a dévoilé mercredi une prévision de récession mondiale de 4,9% cette année. C'est bien pire que les 3% anticipés en avril, au plus fort de la pandémie, quand le FMI soulignait déjà qu'il s'agissait de la pire crise depuis la Grande Dépression des années 30. Aux Etats-Unis, le PIB devrait s'effondrer de 8%, bien au-delà des 5,9% de recul estimés en avril. (Belga)

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average a reculé de 2,71% à 25.447,31 points. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a cédé 2,19% à 9.909,17 points. L'indice élargi S&P 500 a perdu 2,59% à 3.050,33 points. Pour Quincy Krosby, responsable de la stratégie marchés chez Prudential Financial, "ce n'est pas seulement la hausse du nombre de cas, mais aussi celui d'hospitalisations" qui tourmente le marché. L'immunologiste en chef de la Maison Blanche, le Dr Anthony Fauci, s'est dit mardi "vraiment" inquiet devant les poussées "préoccupantes" du nombre de cas dans plusieurs Etats américains. "Les deux prochaines semaines seront critiques" pour y répondre, a-t-il estimé. La dégradation de la situation sanitaire fait peser la menace d'un coup d'arrêt à la reprise économique mondiale et américaine. A cet égard, le Fonds monétaire international (FMI) a dévoilé mercredi une prévision de récession mondiale de 4,9% cette année. C'est bien pire que les 3% anticipés en avril, au plus fort de la pandémie, quand le FMI soulignait déjà qu'il s'agissait de la pire crise depuis la Grande Dépression des années 30. Aux Etats-Unis, le PIB devrait s'effondrer de 8%, bien au-delà des 5,9% de recul estimés en avril. (Belga)