Selon les résultats définitifs à la clôture, l'indice vedette de la place new-yorkaise, le Dow Jones Industrial Average, a perdu 2,41%, à 24.583,42 points. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a lâché 4,43%, à 7.108,40 points, sa pire séance depuis 2011. L'indice élargi S&P 500 a abandonné 3,09%, à 2.656,10 points. Le Dow Jones comme le S&P 500 sont repassés sous leur niveau de début d'année. A l'image de mardi et du plongeon des titres de Caterpillat et 3M, la séance a été marquée par une chute quasi-généralisée des principales sociétés ayant dévoilé leurs comptes trimestriels. Texas Instruments (-8,22%), AT&T (-8,06%), UPS (-5,52%), Northrop Grumman (-6,00%), General Dynamics (-7,73%), Check Point Software (-4,26%) et Restaurant Brands International, propriétaire notamment de la marque Burger King (-1,37%), ont chuté. Leurs résultats "n'ont pas été vraiment décevants mais les marchés mettent la barre très haut lorsqu'il s'agit des anticipations futures", a indiqué Nate Thooft, de Manulife AM. Or les anticipations des entreprises ont dernièrement été "souvent affectées par la hausse des tarifs douaniers qui rogne sur les marges", a-t-il ajouté. Membre éminent de Wall Street, Boeing (+1,31%) a quant à lui réussi à se maintenir à flots après le relèvement de ses prévisions annuelles et l'annonce de l'objectif, pour la première fois de son histoire, du seuil symbolique de 100 milliards de dollars de chiffre d'affaires sur une année. Mais alors que l'avionneur a soutenu la progression du Dow Jones en montant jusqu'à 4,16% en séance, il n'a pas pu empêcher le crash à la clôture. Dans ce mouvement de défiance qui s'est ensuite généralisé à l'ensemble des valeurs, les entreprises technologiques ont particulièrement souffert, Facebook plongeant notamment de 5,414%, Netflix de 9,40% et Apple de 3,43%. "Les valeurs technologiques ont atteint des sommets récemment, il est logique qu'elle soient les premières touchées lors des reculs marqués", a observé Peter Cardillo, de Spartan Capital. Comme la veille, la recherche de placements sûrs par les investisseurs dans un contexte d'incertitudes amplifiait le repli des taux d'intérêt sur les bons du Trésor américains: vers 20H30 GMT, le rendement sur la dette à 10 ans des Etats-Unis évoluait à 3,107%, contre 3,168% mardi à la clôture, et celui sur la dette à 30 ans à 3,338%, contre 3,368% la veille. (Belga)