Selon les résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a avancé de 37,87 points à 20.090,29 points et le Nasdaq, à dominante technologique, de 10,67 points à 5.674,22 points. L'indice élargi S&P 500 a progressé de 0,52 point, soit 0,02%, à 2.293,08 points. En début de séance, le Dow Jones était monté temporairement jusqu'à un niveau record en séance, sans que les analystes à New York ne parviennent à s'accorder sur les motifs. "Il n'y pas d'élément moteur clair", a reconnu Karl Haeling de Landesbank Baden-Württemberg avant d'avancer: "ce mouvement a été déclenché par la force du dollar qui a ravivé le souvenir de la hausse après l'élection de Donald Trump". Le regain du billet vert était cette fois principalement attribué à une faiblesse de l'euro, plombé par les incertitudes politiques en Europe. Ces inquiétudes, ajoutées aux questionnements concernant les intentions du nouveau président américain, ont continué à planer au dessus de Wall Street. "Les investisseurs surveillent toujours Washington mais on a l'impression que l'élan derrière les principales propositions de M. Trump pâlit. On s'y attendait et cela signifie que le marché va revenir aux indicateurs économiques et aux résultats propres aux entreprises", a estimé Chris Low de FTN. Principal indicateur du jour, le déficit commercial des Etats-Unis s'est réduit en décembre mais s'est creusé sur l'année 2016 pour atteindre son plus haut niveau en 4 ans. En cours de séance, les investisseurs ont pris connaissance d'un ralentissement de la hausse du crédit à la consommation en décembre. Le marché obligataire montait. Vers 21H20 GMT, le rendement des bons du Trésor à 10 ans baissait à 2,392%, contre 2,416% lundi soir, et celui des bons à 30 ans à 3,024%, contre 3,055% précédemment. (Belga)

Selon les résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a avancé de 37,87 points à 20.090,29 points et le Nasdaq, à dominante technologique, de 10,67 points à 5.674,22 points. L'indice élargi S&P 500 a progressé de 0,52 point, soit 0,02%, à 2.293,08 points. En début de séance, le Dow Jones était monté temporairement jusqu'à un niveau record en séance, sans que les analystes à New York ne parviennent à s'accorder sur les motifs. "Il n'y pas d'élément moteur clair", a reconnu Karl Haeling de Landesbank Baden-Württemberg avant d'avancer: "ce mouvement a été déclenché par la force du dollar qui a ravivé le souvenir de la hausse après l'élection de Donald Trump". Le regain du billet vert était cette fois principalement attribué à une faiblesse de l'euro, plombé par les incertitudes politiques en Europe. Ces inquiétudes, ajoutées aux questionnements concernant les intentions du nouveau président américain, ont continué à planer au dessus de Wall Street. "Les investisseurs surveillent toujours Washington mais on a l'impression que l'élan derrière les principales propositions de M. Trump pâlit. On s'y attendait et cela signifie que le marché va revenir aux indicateurs économiques et aux résultats propres aux entreprises", a estimé Chris Low de FTN. Principal indicateur du jour, le déficit commercial des Etats-Unis s'est réduit en décembre mais s'est creusé sur l'année 2016 pour atteindre son plus haut niveau en 4 ans. En cours de séance, les investisseurs ont pris connaissance d'un ralentissement de la hausse du crédit à la consommation en décembre. Le marché obligataire montait. Vers 21H20 GMT, le rendement des bons du Trésor à 10 ans baissait à 2,392%, contre 2,416% lundi soir, et celui des bons à 30 ans à 3,024%, contre 3,055% précédemment. (Belga)