Selon des chiffres définitifs à la clôture, l'indice Dow Jones a conclu en baisse de 0,42% à 34.935,47 points. Le Nasdaq à forte coloration technologique a lâché 0,71% à 14.672,68 points. L'indice élargi S&P 500 a abandonné 0,54% à 4.395,26 points. Les trois indices sont en léger repli sur la semaine. Le géant du commerce électronique Amazon qui a annoncé des ventes décevantes la veille après la clôture du marché, a chuté de 7,56% à 3.327,59 dollars malgré un fort bénéfice. Son chiffre d'affaires trimestriel, en hausse pourtant de 27%, s'est révélé inférieur de 2 milliards de dollars aux prévisions, à 113,1 milliards. En outre, Amazon s'est vu infliger au Luxembourg une amende de 746 millions d'euros pour non-respect des règles européennes sur la protection des données privées. Sept des onze secteurs du S&P 500 ont conclu dans le rouge, à commencer par les produits de consommation (-2,84%) mais aussi le secteur pétrolier (-1,85%). Le groupe d'engins de chantiers Caterpillar, un poids lourd du Dow jones, a lâché 2,67% malgré des résultats positifs. Avec l'inquiétude liée au renouveau des restrictions face à la propagation du variant Delta, "on a un peu l'impression que les choses positives pour les marchés sont derrière nous", a résumé Gregori Volokhine, de Meeschaert Financial Services. Sur le plan macroéconomique, les indicateurs ont pourtant été plutôt positifs. Les dépenses de consommation ont augmenté de 1% en juin et l'inflation est restée stable sur le mois, demeurant toutefois à 4% sur un an. Les investisseurs sont aussi restés préoccupés "par les mesures chinoises contre leurs grandes compagnies", soulignaient les analystes de Schwab. Depuis début juillet, une série d'entreprises chinoises cotées à Wall Street ont été soumises à des restrictions et des enquêtes de Pékin, ce qui a fait plonger ces actions et créé de la volatilité. Vendredi la SEC, gendarme de la Bourse américaine, a annoncé de son côté un durcissement des demandes d'informations auprès des groupes chinois cotés à Wall Street. Les géants chinois de l'internet Tencent et Baidu ont perdu 1,27% et 1,83%. L'application de courtage en ligne Robinhood, qui avait fortement baissé pour sa première journée à Wall Street jeudi, a terminé en hausse de 0,95% à 35,15 dollars alors qu'elle avait été introduite à 38 dollars. Le titre du réseau social Pinterest a dégringolé de 18,24% après avoir annoncé un recul de ses utilisateurs mensuels. Les obligations étant recherchées pour leur valeur refuge, tout comme le dollar qui montait, les rendements de la dette américaine à dix ans reculait à 1,2273% contre 1,2693% jeudi. (Belga)

Selon des chiffres définitifs à la clôture, l'indice Dow Jones a conclu en baisse de 0,42% à 34.935,47 points. Le Nasdaq à forte coloration technologique a lâché 0,71% à 14.672,68 points. L'indice élargi S&P 500 a abandonné 0,54% à 4.395,26 points. Les trois indices sont en léger repli sur la semaine. Le géant du commerce électronique Amazon qui a annoncé des ventes décevantes la veille après la clôture du marché, a chuté de 7,56% à 3.327,59 dollars malgré un fort bénéfice. Son chiffre d'affaires trimestriel, en hausse pourtant de 27%, s'est révélé inférieur de 2 milliards de dollars aux prévisions, à 113,1 milliards. En outre, Amazon s'est vu infliger au Luxembourg une amende de 746 millions d'euros pour non-respect des règles européennes sur la protection des données privées. Sept des onze secteurs du S&P 500 ont conclu dans le rouge, à commencer par les produits de consommation (-2,84%) mais aussi le secteur pétrolier (-1,85%). Le groupe d'engins de chantiers Caterpillar, un poids lourd du Dow jones, a lâché 2,67% malgré des résultats positifs. Avec l'inquiétude liée au renouveau des restrictions face à la propagation du variant Delta, "on a un peu l'impression que les choses positives pour les marchés sont derrière nous", a résumé Gregori Volokhine, de Meeschaert Financial Services. Sur le plan macroéconomique, les indicateurs ont pourtant été plutôt positifs. Les dépenses de consommation ont augmenté de 1% en juin et l'inflation est restée stable sur le mois, demeurant toutefois à 4% sur un an. Les investisseurs sont aussi restés préoccupés "par les mesures chinoises contre leurs grandes compagnies", soulignaient les analystes de Schwab. Depuis début juillet, une série d'entreprises chinoises cotées à Wall Street ont été soumises à des restrictions et des enquêtes de Pékin, ce qui a fait plonger ces actions et créé de la volatilité. Vendredi la SEC, gendarme de la Bourse américaine, a annoncé de son côté un durcissement des demandes d'informations auprès des groupes chinois cotés à Wall Street. Les géants chinois de l'internet Tencent et Baidu ont perdu 1,27% et 1,83%. L'application de courtage en ligne Robinhood, qui avait fortement baissé pour sa première journée à Wall Street jeudi, a terminé en hausse de 0,95% à 35,15 dollars alors qu'elle avait été introduite à 38 dollars. Le titre du réseau social Pinterest a dégringolé de 18,24% après avoir annoncé un recul de ses utilisateurs mensuels. Les obligations étant recherchées pour leur valeur refuge, tout comme le dollar qui montait, les rendements de la dette américaine à dix ans reculait à 1,2273% contre 1,2693% jeudi. (Belga)