L'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, s'est apprécié de 0,17%, à 25.169,88 points, et l'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, de 0,27%, à 7.567,72 points. L'indice élargi S&P 500 a avancé de 0,21%, à 2.788,86 points. Les principaux indices ont toutefois fluctué en cours de séance, passant temporairement dans le rouge "sous la pression de la chute des cours du pétrole" qui ont perdu environ 4% à Londres comme à New York, selon Karl Haeling de LBBW. Les fluctuations des indices sont aussi liées selon lui à des ajustements de portefeuilles à l'approche du mois de juin. Les investisseurs restent toutefois fébriles face à la récente escalade des tensions entre la Chine et les Etats-Unis et son impact potentiel sur l'économie et l'activité des entreprises. Les signes d'un ralentissement se reflètent déjà dans certains indicateurs américains. "Rien ne s'est vraiment amélioré (depuis mercredi) sur le front des relations commerciales pour vraiment alimenter un ton plus positif. On pourrait même dire que le sentiment s'est dégradé après des informations de presse de Bloomberg affirmant que la Chine avait mis en suspens ses achats de soja américain", a commenté Patrick O'Hare de Briefing. Le rebond des indices observé jeudi est selon lui "principalement emmené par l'idée que le marché (était) prêt à rebondir". Après plusieurs semaines consécutives de baisse, les indices s'étaient en effet encore affaissés mardi et mercredi, le Dow Jones tombant à son plus bas niveau depuis début février. Symbole de l'appétence des investisseurs pour des actifs jugés comme des valeurs refuge et de l'anticipation d'une éventuelle intervention de la banque centrale américaine, le taux sur la dette à 10 ans des Etats-Unis était descendu mercredi en cours de séance à son plus bas niveau depuis septembre 2017. Sans tomber aussi bas jeudi, ce taux s'affichait encore en baisse par rapport au cours de clôture de mercredi, à 2,215% contre 2,261% la veille au soir. (Belga)

L'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, s'est apprécié de 0,17%, à 25.169,88 points, et l'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, de 0,27%, à 7.567,72 points. L'indice élargi S&P 500 a avancé de 0,21%, à 2.788,86 points. Les principaux indices ont toutefois fluctué en cours de séance, passant temporairement dans le rouge "sous la pression de la chute des cours du pétrole" qui ont perdu environ 4% à Londres comme à New York, selon Karl Haeling de LBBW. Les fluctuations des indices sont aussi liées selon lui à des ajustements de portefeuilles à l'approche du mois de juin. Les investisseurs restent toutefois fébriles face à la récente escalade des tensions entre la Chine et les Etats-Unis et son impact potentiel sur l'économie et l'activité des entreprises. Les signes d'un ralentissement se reflètent déjà dans certains indicateurs américains. "Rien ne s'est vraiment amélioré (depuis mercredi) sur le front des relations commerciales pour vraiment alimenter un ton plus positif. On pourrait même dire que le sentiment s'est dégradé après des informations de presse de Bloomberg affirmant que la Chine avait mis en suspens ses achats de soja américain", a commenté Patrick O'Hare de Briefing. Le rebond des indices observé jeudi est selon lui "principalement emmené par l'idée que le marché (était) prêt à rebondir". Après plusieurs semaines consécutives de baisse, les indices s'étaient en effet encore affaissés mardi et mercredi, le Dow Jones tombant à son plus bas niveau depuis début février. Symbole de l'appétence des investisseurs pour des actifs jugés comme des valeurs refuge et de l'anticipation d'une éventuelle intervention de la banque centrale américaine, le taux sur la dette à 10 ans des Etats-Unis était descendu mercredi en cours de séance à son plus bas niveau depuis septembre 2017. Sans tomber aussi bas jeudi, ce taux s'affichait encore en baisse par rapport au cours de clôture de mercredi, à 2,215% contre 2,261% la veille au soir. (Belga)