Les trois indices ont lâché de concert largement plus de 3% dans le sillage de la déroute des Bourses européennes. Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a terminé en baisse de 3,43%, à 26.519,95 points, sa plus forte chute depuis juin et son plus bas niveau depuis début août. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, s'est enfoncé de 3,73% à 11.004,86 points, au plus bas depuis plus d'un mois. L'indice élargi S&P 500 a aussi lâché 3,53% à 3.271,03 points. Les indices new-yorkais, qui avaient déjà ouvert fortement dans le rouge, ont accéléré leurs pertes après l'annonce française de reconfinement national. L'Allemagne s'est imposée également des mesures drastiques pendant un mois pour endiguer la deuxième vague du coronavirus, assorties d'une aide économique de 10 milliards d'euros. Ce retour des restrictions sanitaires en Europe "soulève le risque que la même chose puisse arriver aux Etats-Unis dans quelques semaines", a indiqué Karl Haeling de LBBW, ajoutant que "la clé sera "la situation des hospitalisations". (Belga)

Les trois indices ont lâché de concert largement plus de 3% dans le sillage de la déroute des Bourses européennes. Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a terminé en baisse de 3,43%, à 26.519,95 points, sa plus forte chute depuis juin et son plus bas niveau depuis début août. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, s'est enfoncé de 3,73% à 11.004,86 points, au plus bas depuis plus d'un mois. L'indice élargi S&P 500 a aussi lâché 3,53% à 3.271,03 points. Les indices new-yorkais, qui avaient déjà ouvert fortement dans le rouge, ont accéléré leurs pertes après l'annonce française de reconfinement national. L'Allemagne s'est imposée également des mesures drastiques pendant un mois pour endiguer la deuxième vague du coronavirus, assorties d'une aide économique de 10 milliards d'euros. Ce retour des restrictions sanitaires en Europe "soulève le risque que la même chose puisse arriver aux Etats-Unis dans quelques semaines", a indiqué Karl Haeling de LBBW, ajoutant que "la clé sera "la situation des hospitalisations". (Belga)