Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a clôturé pour la première fois au-dessus du seuil symbolique des 10.000 points, prenant 0,67% à 10.020,35 points. Le Dow Jones, indice vedette de Wall Street, a cédé 1,04% à 26.989,99 points et le S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises cotées à New York, a reculé de 0,53% à 3.190,14 points. Les investisseurs surveillaient de près mercredi les conclusions d'une réunion de la Fed et "ce qu'il faut en retenir, c'est que les taux d'intérêt vont rester près de zéro pour un certain temps", selon Patrick O'Hare de Briefing. Cette perspective est de nature à enthousiasmer les courtiers, les bas taux permettant aux entreprises comme aux investisseurs d'emprunter facilement de l'argent. La Fed et son président Jerome Powell se sont aussi montrés prudents dans leur évaluation de l'économie, soulignant que des millions d'Américains étaient encore sans emploi. "Il semble très conscient du fait que la reprise ne va peut-être pas être aussi rapide que ne le pense le marché des actions", estime M. O'Hare. La Fed table à cet égard sur une chute du produit intérieur brut américain de 6,5% cette année avant un rebond de 5% l'an prochain et une croissance de 3,5% en 2022. L'institution projette par ailleurs un taux de chômage de 9,3% en 2020 et de 6,5% en 2021. "Même si la Fed a dit très clairement qu'elle maintiendrait les taux à un bas niveau pendant longtemps, ce qui est bon pour la liquidité et le prix des actions, on a encore du chemin avant que l'économie ne revienne aux niveaux d'avant la pandémie", souligne l'économiste Joel Naroff. Interrogé sur la possibilité d'une bulle sur les marchés, M. Powell a par ailleurs assuré que la Fed ne s'intéressait pas au niveau du prix des actifs mais juste au bon fonctionnement des circuits financiers. Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine reculait nettement, à 0,7345% contre 0,8253% mardi à la clôture. (Belga)

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a clôturé pour la première fois au-dessus du seuil symbolique des 10.000 points, prenant 0,67% à 10.020,35 points. Le Dow Jones, indice vedette de Wall Street, a cédé 1,04% à 26.989,99 points et le S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises cotées à New York, a reculé de 0,53% à 3.190,14 points. Les investisseurs surveillaient de près mercredi les conclusions d'une réunion de la Fed et "ce qu'il faut en retenir, c'est que les taux d'intérêt vont rester près de zéro pour un certain temps", selon Patrick O'Hare de Briefing. Cette perspective est de nature à enthousiasmer les courtiers, les bas taux permettant aux entreprises comme aux investisseurs d'emprunter facilement de l'argent. La Fed et son président Jerome Powell se sont aussi montrés prudents dans leur évaluation de l'économie, soulignant que des millions d'Américains étaient encore sans emploi. "Il semble très conscient du fait que la reprise ne va peut-être pas être aussi rapide que ne le pense le marché des actions", estime M. O'Hare. La Fed table à cet égard sur une chute du produit intérieur brut américain de 6,5% cette année avant un rebond de 5% l'an prochain et une croissance de 3,5% en 2022. L'institution projette par ailleurs un taux de chômage de 9,3% en 2020 et de 6,5% en 2021. "Même si la Fed a dit très clairement qu'elle maintiendrait les taux à un bas niveau pendant longtemps, ce qui est bon pour la liquidité et le prix des actions, on a encore du chemin avant que l'économie ne revienne aux niveaux d'avant la pandémie", souligne l'économiste Joel Naroff. Interrogé sur la possibilité d'une bulle sur les marchés, M. Powell a par ailleurs assuré que la Fed ne s'intéressait pas au niveau du prix des actifs mais juste au bon fonctionnement des circuits financiers. Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine reculait nettement, à 0,7345% contre 0,8253% mardi à la clôture. (Belga)