Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a progressé de 0,57%, à 26.958,06 points. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a pris 0,70%, à 8.243,12 points. L'indice élargi S&P 500 s'est apprécié de 0,41%, à 3.022,55 points, échouant à seulement quelques points de son plus haut historique atteint fin juillet. Sur l'ensemble de la semaine, le Dow Jones a gagné 0,7%, le Nasdaq est monté de 1,9% et le S&P 500 s'est apprécié de 1,2%. La place new-yorkaise a été rassurée par des résultats encourageants dans leur ensemble de plusieurs entreprises cotées. Amazon a certes déçu jeudi soir, plombé par le coût exorbitant de son service de livraison en 24 heures et la chute de son bénéfice net, mais a limité la casse à Wall Street, en ne perdant que 1,09% vendredi. Intel a en revanche grimpé de plus de 8% vendredi après avoir fait part jeudi de résultats largement supérieurs aux attentes et avoir relevé ses objectifs financiers pour le quatrième trimestre. Parmi les autres groupes à faire état de leurs résultats, la biotech américaine Gilead Sciences a accusé jeudi une lourde perte trimestrielle à cause d'une charge liée à un partenariat stratégique avec un spécialiste de l'arthrite rhumatoïde et de la maladie de Crohn chez les hommes. Son titre a baissé de 5,21%. Visa, qui a fait mieux que prévu, est monté de 0,96%. Verizon a baissé de 0,35% après avoir pourtant annoncé vendredi plus d'un demi-million de nouveaux abonnés au mobile. Près de 40% des entreprises du S&P 500 ont déjà fait part de leur bulletin de santé trimestriel. Le groupe de médias et de télécommunications AT&T et Alphabet, la maison mère de Google, font partie des groupes qui se plieront à cet exercice en début de semaine prochaine. Les investisseurs ont par ailleurs semblé encouragés par une annonce du représentant américain au Commerce (USTR), indiquant qu'une partie de l'accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine était sur le point d'être finalisée. "Le marché pourrait monter encore plus haut si la phase 1 de cet accord se concrétise. Mais il pourrait retomber si elle échoue", prédit Art Hogan de National. Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine était en hausse vers 20H20 GMT à 1,798%, contre 1,766% la veille à la clôture. (Belga)