Selon les résultats définitifs à la clôture, l'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, a baissé de 0,31%, à 25.916,54 points. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a lâché 0,25%, à 7.902,54 points. L'indice élargi S&P 500 a abandonné 0,22%, à 2.871,68 points. Ces trois indices s'inscrivent également en baisse sur la semaine, le Dow Jones ayant perdu 0,19%, le Nasdaq 2,55% et le S&P 500 1,02%. L'économie américaine a continué à embaucher fortement en août, dépassant les attentes des analystes, et le taux de chômage est resté stable. Les salaires ont parallèlement nettement augmenté, de 2,9% sur un an. Il s'agit de la plus forte progression depuis juin 2009. "La première lecture des marchés a souligné l'inquiétude quant à une hausse de l'inflation" et à un durcissement des hausses de taux de la banque centrale américaine (Fed), a observé Gregori Volokhine, de Meeschaert Financial Services. Après deux hausses de taux cette année, les acteurs du marché s'attendent à deux nouvelles augmentations de taux d'intérêt d'ici fin décembre. (Belga)

Selon les résultats définitifs à la clôture, l'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, a baissé de 0,31%, à 25.916,54 points. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a lâché 0,25%, à 7.902,54 points. L'indice élargi S&P 500 a abandonné 0,22%, à 2.871,68 points. Ces trois indices s'inscrivent également en baisse sur la semaine, le Dow Jones ayant perdu 0,19%, le Nasdaq 2,55% et le S&P 500 1,02%. L'économie américaine a continué à embaucher fortement en août, dépassant les attentes des analystes, et le taux de chômage est resté stable. Les salaires ont parallèlement nettement augmenté, de 2,9% sur un an. Il s'agit de la plus forte progression depuis juin 2009. "La première lecture des marchés a souligné l'inquiétude quant à une hausse de l'inflation" et à un durcissement des hausses de taux de la banque centrale américaine (Fed), a observé Gregori Volokhine, de Meeschaert Financial Services. Après deux hausses de taux cette année, les acteurs du marché s'attendent à deux nouvelles augmentations de taux d'intérêt d'ici fin décembre. (Belga)