Son bénéfice opérationnel a reculé de 28% au premier trimestre, à 6 milliards de couronnes suédoises (environ 575 millions d'euros) mais il est plus élevé que les 4,2 milliards de couronnes anticipés par les analystes. Le groupe a vendu au cours des trois premiers mois de l'année 20% de voitures en moins (148.300) mais les prix de vente ont été plus élevés, ce qui a soutenu les revenus de Volvo Cars, qui s'élèvent à 74,3 milliards de couronnes (+8%, soit environ 7,1 milliards d'euros). Volvo Cars souligne toutefois que la guerre en Ukraine pousse les prix de l'énergie, du transport et des matières premières à la hausse. Les effets du conflit devraient se faire ressentir encore pendant plusieurs mois. De strictes mesures de confinement décidées dans des villes chinoises, face aux flambées de Covid-19, pourraient également venir encore perturber la chaîne d'approvisionnement. Le mois dernier, Volvo Cars avait par ailleurs averti qu'il lui serait difficile d'atteindre son objectif de production annuelle, en raison de la pénurie affectant certains semi-conducteurs. Ce problème devrait s'atténuer progressivement au cours du second semestre. Volvo Cars, qui est aux mains du groupe chinois Geely, veut que sa gamme soit entièrement électrique d'ici 2030. (Belga)

Son bénéfice opérationnel a reculé de 28% au premier trimestre, à 6 milliards de couronnes suédoises (environ 575 millions d'euros) mais il est plus élevé que les 4,2 milliards de couronnes anticipés par les analystes. Le groupe a vendu au cours des trois premiers mois de l'année 20% de voitures en moins (148.300) mais les prix de vente ont été plus élevés, ce qui a soutenu les revenus de Volvo Cars, qui s'élèvent à 74,3 milliards de couronnes (+8%, soit environ 7,1 milliards d'euros). Volvo Cars souligne toutefois que la guerre en Ukraine pousse les prix de l'énergie, du transport et des matières premières à la hausse. Les effets du conflit devraient se faire ressentir encore pendant plusieurs mois. De strictes mesures de confinement décidées dans des villes chinoises, face aux flambées de Covid-19, pourraient également venir encore perturber la chaîne d'approvisionnement. Le mois dernier, Volvo Cars avait par ailleurs averti qu'il lui serait difficile d'atteindre son objectif de production annuelle, en raison de la pénurie affectant certains semi-conducteurs. Ce problème devrait s'atténuer progressivement au cours du second semestre. Volvo Cars, qui est aux mains du groupe chinois Geely, veut que sa gamme soit entièrement électrique d'ici 2030. (Belga)