Selon les calculs d'un ancien haut­-fourniste, les 252 plaques de refroidissement en cuivre (appelées staves) qui tapissent la cuve du haut­-fourneau ont disparu. Le matériel, volé entre 2011 et 2013, pèserait 500 tonnes, et sa valeur à la revente serait d'environ 3 millions d'euros.

D'après des sources bien informées, le vol n'a pu avoir lieu que grâce à des complicités internes et l'opération a dû prendre des mois.

"Nous avons constaté ce vol début mars 2016 lors d'opérations menées dans le cadre de la préparation du dossier 'permis de déconstruction'. La manière dont le vol a été opéré ne nous est pas connue aujourd'hui. ArcelorMittal a déposé plainte auprès de la police de Seraing le 28 mars 2016. Malgré nos interventions répétées, nous n'avons aucun retour sur la suite donnée à cette plainte", a indiqué ArcelorMittal au quotidien.

Selon les calculs d'un ancien haut­-fourniste, les 252 plaques de refroidissement en cuivre (appelées staves) qui tapissent la cuve du haut­-fourneau ont disparu. Le matériel, volé entre 2011 et 2013, pèserait 500 tonnes, et sa valeur à la revente serait d'environ 3 millions d'euros. D'après des sources bien informées, le vol n'a pu avoir lieu que grâce à des complicités internes et l'opération a dû prendre des mois. "Nous avons constaté ce vol début mars 2016 lors d'opérations menées dans le cadre de la préparation du dossier 'permis de déconstruction'. La manière dont le vol a été opéré ne nous est pas connue aujourd'hui. ArcelorMittal a déposé plainte auprès de la police de Seraing le 28 mars 2016. Malgré nos interventions répétées, nous n'avons aucun retour sur la suite donnée à cette plainte", a indiqué ArcelorMittal au quotidien.