"Nous avions besoin d'argent frais et nous étions en dialogue avec des investisseurs potentiels mais nous ne sommes pas parvenus à lever de nouveaux capitaux pour pouvoir continuer nos opérations", a déclaré un porte-parole, James Andrew.

Think est l'un des pionniers de la voiture électrique avec son modèle unique - plusieurs fois modernisé - Think City, une petite citadine de deux places de 160 km d'autonomie, vendue en Europe et aux Etats-Unis.

En 20 ans d'existence, le constructeur a toutefois multiplié les déboires financiers et a déjà déposé son bilan à deux reprises, en 1998 et 2006.

En 2009, le groupe a échappé in extremis à une troisième faillite grâce à une recapitalisation qui a vu un de ses fournisseurs, l'américain Ener1, devenir le premier actionnaire avec 31%.

L'assemblage, jusqu'alors réalisé près d'Oslo, a quant à lui été délocalisé en Finlande mais, selon le site www.e24.no, la production y était arrêtée depuis mars, certains fournisseurs se plaignant de ne pas avoir été payés.

Fin 2010, l'entreprise avait aussi commencé à commercialiser des véhicules électriques aux Etats-Unis grâce à une nouvelle unité d'assemblage dans l'Indiana.

Trends.be avec Belga

"Nous avions besoin d'argent frais et nous étions en dialogue avec des investisseurs potentiels mais nous ne sommes pas parvenus à lever de nouveaux capitaux pour pouvoir continuer nos opérations", a déclaré un porte-parole, James Andrew. Think est l'un des pionniers de la voiture électrique avec son modèle unique - plusieurs fois modernisé - Think City, une petite citadine de deux places de 160 km d'autonomie, vendue en Europe et aux Etats-Unis. En 20 ans d'existence, le constructeur a toutefois multiplié les déboires financiers et a déjà déposé son bilan à deux reprises, en 1998 et 2006. En 2009, le groupe a échappé in extremis à une troisième faillite grâce à une recapitalisation qui a vu un de ses fournisseurs, l'américain Ener1, devenir le premier actionnaire avec 31%. L'assemblage, jusqu'alors réalisé près d'Oslo, a quant à lui été délocalisé en Finlande mais, selon le site www.e24.no, la production y était arrêtée depuis mars, certains fournisseurs se plaignant de ne pas avoir été payés. Fin 2010, l'entreprise avait aussi commencé à commercialiser des véhicules électriques aux Etats-Unis grâce à une nouvelle unité d'assemblage dans l'Indiana. Trends.be avec Belga