Un tiers des salariés sont aujourd'hui heureux sur leur lieu de travail et s'attribuent un résultat de 8 sur 10 sur l'échelle du bonheur. À l'opposé, un quart s'accorde moins de 6 sur 10. La sensation de bonheur a régressé ces dernières années: elle était encore en moyenne de 7,2 sur 10 en 2015, mais elle a pratiquement baissé d'un point (6,5 sur 10) en quatre ans.

Quiconque est heureux dans son travail est plus productif, s'engage davantage (79% contre 40%), se sent en meilleure santé (86% contre 49%), qualifie plus souvent le travail de passionnant (81% contre 25%) et son salaire de satisfaisant (62% contre 39%).

Les salariés moins heureux indiquent en outre plus souvent que leur entreprise ne parvient pas à attirer les bonnes personnes (43% contre 15%), ni à retenir efficacement les collaborateurs talentueux (55% contre 31%).

L'enquête de Tempo-Team révèle que c'est surtout la philosophie de travail scandinave, basée sur un travail d'équipe solide, le bien-être en milieu professionnel et l'attention portée à l'épanouissement individuel, qui rend le plus heureux.

Quatre travailleurs heureux sur 10 déclarent ainsi que leur entreprise accorde plus d'attention à la forme physique et à une alimentation saine, entre autres en organisant des initiatives sportives (29%), en aménageant des postes de travail ergonomiques (26%) et en distribuant moins de snacks et de boissons sucrées (20%). Or seul un quart des salariés moins heureux affirment que leur employeur s'y est aussi attelé.

Qui se sent satisfait au travail l'est également davantage dans l'équilibre avec la vie privée (7,7 contre 5,4 sur 10) et travaille souvent pour une société qui prend des initiatives afin de mieux harmoniser travail et famille (39% contre 6%).

L'enquête a été menée auprès d'un échantillon représentatif de 2.100 travailleurs. La marge d'erreur maximale de l'enquête est de 2,94%.