Après avoir appris la nouvelle, Google a mis très peu de temps à réagir, en annonçant vouloir faire appel de la décision de la Commission européenne. "Android a créé plus de choix pour tout le monde, pas moins (...) Nous allons faire appel de la décision de la Commission", s'est défendu le porte-parole de Google.

Une réaction qui a plus des airs de formalité qu'autre chose. Car comme l'explique Les Echos, cette sanction européenne ne devrait pas ébranler Google outre mesure. Pour cause, l'entreprise de la Silicon Valley génère un chiffre d'affaires de 4,3 milliards... toutes les deux ou trois semaines, précise le journal français. Soit autant que l'amende infligée par la Comission.

Les réserves financières de Google sont gigantesques

"Google a de grosses réserves financières", explique un expert sur le site des Echos. L'impact réel ne devrait donc pas se faire ressentir avant plusieurs années. Google, c'est en effet une trésorerie qui s'élève à plus de 88 milliards d'euros.

Et puis, cette amende de la Commission arrive certainement un peu tard. "Le mal est fait", explique Les Echos. Car grâce, ou à cause (c'est selon) de cette position dominante, Google a eu le temps d'engendrer d'énormes bénéfices, et sa marge de manoeuvre n'a fait que grandir également.

Cette attaque européenne a également fait ressurgir aux Etats-Unis le débat sur le démantèlement de l'entreprise américaine ainsi que sur une éventuelle réécriture d'une législation probablement dépassée dans ce domaine. Toujours est-il que Google, de par sa position centrale sur Internet, risque d'être très difficilement ébranlable.

Après avoir appris la nouvelle, Google a mis très peu de temps à réagir, en annonçant vouloir faire appel de la décision de la Commission européenne. "Android a créé plus de choix pour tout le monde, pas moins (...) Nous allons faire appel de la décision de la Commission", s'est défendu le porte-parole de Google.Une réaction qui a plus des airs de formalité qu'autre chose. Car comme l'explique Les Echos, cette sanction européenne ne devrait pas ébranler Google outre mesure. Pour cause, l'entreprise de la Silicon Valley génère un chiffre d'affaires de 4,3 milliards... toutes les deux ou trois semaines, précise le journal français. Soit autant que l'amende infligée par la Comission."Google a de grosses réserves financières", explique un expert sur le site des Echos. L'impact réel ne devrait donc pas se faire ressentir avant plusieurs années. Google, c'est en effet une trésorerie qui s'élève à plus de 88 milliards d'euros. Et puis, cette amende de la Commission arrive certainement un peu tard. "Le mal est fait", explique Les Echos. Car grâce, ou à cause (c'est selon) de cette position dominante, Google a eu le temps d'engendrer d'énormes bénéfices, et sa marge de manoeuvre n'a fait que grandir également. Cette attaque européenne a également fait ressurgir aux Etats-Unis le débat sur le démantèlement de l'entreprise américaine ainsi que sur une éventuelle réécriture d'une législation probablement dépassée dans ce domaine. Toujours est-il que Google, de par sa position centrale sur Internet, risque d'être très difficilement ébranlable.