Selon le curateur, il y a des contacts mais il est très difficile de savoir s'ils porteront leurs fruits. "On ne sait jamais mais on semble se diriger vers une liquidation", explique-t-il. Selon lui, peu d'éléments plaident en faveur de potentiels repreneurs. VLM Airlines Brussel ne possède pas d'avions et le contrat de leasing avec le seul avion est terminé et les autorisations de vols ne sont pas transférables. "On savait qu'il y avait peu d'espoir lors du prononcé de la faillite", souligne Filip Lemberechts du syndicat libéral ACLVB (CGSLB). (Belga)

Selon le curateur, il y a des contacts mais il est très difficile de savoir s'ils porteront leurs fruits. "On ne sait jamais mais on semble se diriger vers une liquidation", explique-t-il. Selon lui, peu d'éléments plaident en faveur de potentiels repreneurs. VLM Airlines Brussel ne possède pas d'avions et le contrat de leasing avec le seul avion est terminé et les autorisations de vols ne sont pas transférables. "On savait qu'il y avait peu d'espoir lors du prononcé de la faillite", souligne Filip Lemberechts du syndicat libéral ACLVB (CGSLB). (Belga)