La fin de ces quarters a été avancée par la CEO sortante de PepisCo, Indra Nooyi. " J'ai demandé à la SEC (le gendarme de la Bourse américaine, Ndlr) d'étudier cela ! ", a tweeté le président.
...

La fin de ces quarters a été avancée par la CEO sortante de PepisCo, Indra Nooyi. " J'ai demandé à la SEC (le gendarme de la Bourse américaine, Ndlr) d'étudier cela ! ", a tweeté le président. L'obligation de publier des résultats trimestriels est très américaine. Les Européens avaient suivi mais une directive de 2013 de l'Union européenne a mis fin à cette contrainte, les résultats semestriels suffisant. Beaucoup de sociétés, comme bpost, continuent néanmoins à publier des données trimestrielles. Mais elles se contentent parfois d'informations moins détaillées. " C'est bien de n'avoir plus l'obligation de publier des résultats trimestriels, estime Jean-Marie Caucheteux, head of equity research chez Degroof Petercam. Il revient à chaque société de voir s'il est opportun de publier des informations intermédiaires. Parfois, ne rien publier pendant six mois est dommageable pour le cours. Cela dépend de l'activité. " Les Etats-Unis sont restés rivés à l'obligation des trimestriels, qui permettent aux analystes de mieux suivre les entreprises mais créent une forte pression. Et coûtent de l'argent... En juin dernier, 200 patrons américains ont publié une tribune dans le Wall Street Journal, cosignée par Warren Buffett, recommandant la fin des guidances trimestrielles car elles distraient les managers des objectifs à long terme pour satisfaire des objectifs de résultats immédiats, freinant investissements et recrutements quand il faudrait les accélérer pour l'avenir de l'entreprise. La tribune note que cette pression a contribué à réduire le nombre d'entreprises cotées aux Etats-Unis. Le propos visait moins la publication des quarters que les guidances (objectifs de vente, de bénéfice) en elles-mêmes. Si les sociétés pouvaient publier les trimestriels sans devoir fournir d'objectifs de bénéfice, cela constituerait déjà un réel progrès.