Le seul bémol évoqué par les syndicats est une interrogation sur la fin de l'avantage d'être intégré dans un groupe important, l'entreprise brainoise ayant quitté UCB il y a quelques années, puis le groupe suisse Lonza à présent. L'acheteur suédois de l'usine emploie environ 500 personnes dans le monde, selon les informations des syndicats, alors qu'environ 280 travailleurs sont employés à Braine-l'Alleud. "Mais il y a une certaine logique à la vente: les peptides et Braine-l'Alleud, cela représentait 0,6% du chiffre d'affaires de Lonza. Etre racheté par un groupe spécialisé dans ce type d'activités offrira davantage de convergences et peut renforcer le potentiel de l'usine. Nous espérons que cela va donner des perspectives de développement au site de Braine-l'Alleud", confie le permanent CNE Michel Barbuto. (Belga)

Le seul bémol évoqué par les syndicats est une interrogation sur la fin de l'avantage d'être intégré dans un groupe important, l'entreprise brainoise ayant quitté UCB il y a quelques années, puis le groupe suisse Lonza à présent. L'acheteur suédois de l'usine emploie environ 500 personnes dans le monde, selon les informations des syndicats, alors qu'environ 280 travailleurs sont employés à Braine-l'Alleud. "Mais il y a une certaine logique à la vente: les peptides et Braine-l'Alleud, cela représentait 0,6% du chiffre d'affaires de Lonza. Etre racheté par un groupe spécialisé dans ce type d'activités offrira davantage de convergences et peut renforcer le potentiel de l'usine. Nous espérons que cela va donner des perspectives de développement au site de Braine-l'Alleud", confie le permanent CNE Michel Barbuto. (Belga)