"Si l'on regarde le paysage bancaire, on voit quatre grandes banques dont deux sont dans des mains étrangères (BNP Paribas Fortis et ING). Il y en a une dans des mains flamandes (KBC) et une banque aux mains de l'Etat (Belfius). Cela ne me semblerait pas une bonne affaire qu'une troisième banque passe encore dans des mains étrangères", estime le ministre des Finances. Une reprise par une autre banque belge est possible, en théorie, mais un rachat de Belfius par KBC, par exemple, risquerait de conduire à un véritable bain de sang social. De plus, la Commission européenne pourrait s'y opposer pour des motifs de concurrence. Une introduction en Bourse semblerait dès lors être une des dernières options restantes. (Belga)

"Si l'on regarde le paysage bancaire, on voit quatre grandes banques dont deux sont dans des mains étrangères (BNP Paribas Fortis et ING). Il y en a une dans des mains flamandes (KBC) et une banque aux mains de l'Etat (Belfius). Cela ne me semblerait pas une bonne affaire qu'une troisième banque passe encore dans des mains étrangères", estime le ministre des Finances. Une reprise par une autre banque belge est possible, en théorie, mais un rachat de Belfius par KBC, par exemple, risquerait de conduire à un véritable bain de sang social. De plus, la Commission européenne pourrait s'y opposer pour des motifs de concurrence. Une introduction en Bourse semblerait dès lors être une des dernières options restantes. (Belga)