Les syndicats se disent "surpris" par la grande volonté de faire grève parmi les travailleurs. De nombreuses entreprises de l'industrie alimentaire devraient ainsi être fermées vendredi, selon Pia Stalpaert, présidente de la CSC Alimentation et Services. Elle s'attend à de nombreuses grèves, et ce également pour le secteur de la sécurité et du gardiennage ainsi que dans celui du nettoyage. Cette agitation croissante devrait dès lors être perceptible vendredi, tant au sud qu'au nord du pays. "Une vague de grèves" est en vue, prédit-on au syndicat socialiste. La volonté de faire grève sera ainsi, et comme de tradition, très forte dans les régions de Charleroi et de Liège. Dans ces deux régions, 24 heures d'arrêts de travail interprofessionnels ont été décrétées par la FGTB, qui seront en outre suivies en front commun syndical à Charleroi. La circulation au sein du TEC devrait dès lors être fortement perturbée dans ces deux villes. Les usagers du rail ne devraient par contre pas connaître de soucis vendredi. La même situation prévaut du côté de la Stib, la société de transports en commun bruxelloise, qui ne prévoit pas de participation syndicale à l'action de vendredi. (Belga)

Les syndicats se disent "surpris" par la grande volonté de faire grève parmi les travailleurs. De nombreuses entreprises de l'industrie alimentaire devraient ainsi être fermées vendredi, selon Pia Stalpaert, présidente de la CSC Alimentation et Services. Elle s'attend à de nombreuses grèves, et ce également pour le secteur de la sécurité et du gardiennage ainsi que dans celui du nettoyage. Cette agitation croissante devrait dès lors être perceptible vendredi, tant au sud qu'au nord du pays. "Une vague de grèves" est en vue, prédit-on au syndicat socialiste. La volonté de faire grève sera ainsi, et comme de tradition, très forte dans les régions de Charleroi et de Liège. Dans ces deux régions, 24 heures d'arrêts de travail interprofessionnels ont été décrétées par la FGTB, qui seront en outre suivies en front commun syndical à Charleroi. La circulation au sein du TEC devrait dès lors être fortement perturbée dans ces deux villes. Les usagers du rail ne devraient par contre pas connaître de soucis vendredi. La même situation prévaut du côté de la Stib, la société de transports en commun bruxelloise, qui ne prévoit pas de participation syndicale à l'action de vendredi. (Belga)