L'indice établi par les directeurs d'achats de l'association ISM publié vendredi est tombé à 41,5% contre 49,1% en mars. C'est le plus bas niveau depuis avril 2009, lors de la dernière récession déclenchée par la crise financière. Si l'activité manufacturière pourrait bien avoir atteint un plancher, Timothy Fiore, qui est en charge de mener l'enquête, a toutefois souligné que tant qu'il n'y aura pas de vaccin, les entreprises vont devoir mettre en place des mesures pour éviter la propagation du nouveau coronavirus qui aura forcément un impact sur la production. En dessous de la barre de 50% l'indice correspond à une contraction de l'activité. Les nouvelles commandes ont particulièrement souffert en mars, reculant de 15,1 points de pourcentage par rapport à mars, pour s'établir à 27,1%. C'est la plus forte chute depuis avril 1951. La production a baissé de 20,2 points de pourcentage à 27,5%, le plus bas niveau depuis que l'enquête a été créée en 1948. Les seuls secteurs qui ont affiché une croissance des nouvelles commandes sont les produits papiers, l'alimentation et les boissons ainsi que les produits liés au tabac. "Je pense qu'il nous reste 4 à 6 semaines de baisse mais pas au rythme que nous avons vu en avril", a déclaré M. Fiore. (Belga)

L'indice établi par les directeurs d'achats de l'association ISM publié vendredi est tombé à 41,5% contre 49,1% en mars. C'est le plus bas niveau depuis avril 2009, lors de la dernière récession déclenchée par la crise financière. Si l'activité manufacturière pourrait bien avoir atteint un plancher, Timothy Fiore, qui est en charge de mener l'enquête, a toutefois souligné que tant qu'il n'y aura pas de vaccin, les entreprises vont devoir mettre en place des mesures pour éviter la propagation du nouveau coronavirus qui aura forcément un impact sur la production. En dessous de la barre de 50% l'indice correspond à une contraction de l'activité. Les nouvelles commandes ont particulièrement souffert en mars, reculant de 15,1 points de pourcentage par rapport à mars, pour s'établir à 27,1%. C'est la plus forte chute depuis avril 1951. La production a baissé de 20,2 points de pourcentage à 27,5%, le plus bas niveau depuis que l'enquête a été créée en 1948. Les seuls secteurs qui ont affiché une croissance des nouvelles commandes sont les produits papiers, l'alimentation et les boissons ainsi que les produits liés au tabac. "Je pense qu'il nous reste 4 à 6 semaines de baisse mais pas au rythme que nous avons vu en avril", a déclaré M. Fiore. (Belga)