Entre 2012 et 2015, Hyundai Heavy Industries et Hyundai Construction Equipment Americas, qui fabriquent des navires, des engins de chantiers et des moteurs diesel pour l'industrie lourde, ont importé environ 2.300 véhicules équipés de moteurs diesel polluant davantage que les seuils autorisés, a indiqué le ministère américain de la Justice, dans un communiqué. "Hyundai (Heavy Industries et Construction) ont privilégié les bénéfices au détriment de la santé publique et de la loi", a fustigé Jeffrey Bossert Clark, responsable du département Environnement au ministère, cité dans le document. "Nous ne tolérerons pas ce type de tricherie", a-t-il ajouté. C'est un lanceur d'alerte qui avait contacté en 2015 les autorités. Celles-ci avaient alors ouvert une enquête, qui a conclu que les moteurs diesel en question n'avaient pas été homologués comme répondant aux normes américaines en matière d'émissions de dioxyde d'azote (NO2). Hyundai Heavy Industries est une société indépendante, qui n'a aucun lien capitalistique avec le constructeur Hyundai Motor Group. Elle est la maison mère de Hyundai Construction Equipment Americas, dont le siège est basé à Norcross en Georgie (Sud des Etats-Unis), selon le site internet de cette dernière entreprise. (Belga)