Pour la construction du hors-bord, la start-up travaille avec une innovation belge, l'Ecomp, un composite aussi résistant que le plastique ou la fibre de verre mais composé de matériaux naturels comme le lin et le basalte. Le lin est cultivé sur place et est traité et tissé localement. Grâce à ces fibres naturelles, la coque de l'Ocean 7 ne pèse que 490 kilos, contre une tonne pour un hors-bord traditionnel. "Les navires industriels se verdissent à un rythme rapide mais c'est beaucoup moins le cas pour les bateaux de plaisance. L'UE compte déjà plus de 5,5 millions de bateaux en fibre de verre et 99% d'entre eux finissent dans des décharges ou au fond de la mer. Avec le lancement d'un hors-bord 100% naturel et circulaire, nous voulons changer cela", déclare le fondateur d'ECO2boats, Yoni De Munter. L'Ocean 7 se veut aussi circulaire : ECO2boats rachète de vieux bateaux, broie le composite et le refond pour de nouvelles utilisations, comme pour l'assise d'une chaine. Le hors-bord pourra aussi être reconverti en engrais après un cycle de vie de 50 ans. Pour financer un prototype, la start-up a lancé une campagne de financement participatif, avec comme objectif de lever 40.000 euros d'ici le 30 août. ECO2boats veut aussi tenter la traversée de la Manche l'année prochaine avec l'Ocean 7. (Belga)

Pour la construction du hors-bord, la start-up travaille avec une innovation belge, l'Ecomp, un composite aussi résistant que le plastique ou la fibre de verre mais composé de matériaux naturels comme le lin et le basalte. Le lin est cultivé sur place et est traité et tissé localement. Grâce à ces fibres naturelles, la coque de l'Ocean 7 ne pèse que 490 kilos, contre une tonne pour un hors-bord traditionnel. "Les navires industriels se verdissent à un rythme rapide mais c'est beaucoup moins le cas pour les bateaux de plaisance. L'UE compte déjà plus de 5,5 millions de bateaux en fibre de verre et 99% d'entre eux finissent dans des décharges ou au fond de la mer. Avec le lancement d'un hors-bord 100% naturel et circulaire, nous voulons changer cela", déclare le fondateur d'ECO2boats, Yoni De Munter. L'Ocean 7 se veut aussi circulaire : ECO2boats rachète de vieux bateaux, broie le composite et le refond pour de nouvelles utilisations, comme pour l'assise d'une chaine. Le hors-bord pourra aussi être reconverti en engrais après un cycle de vie de 50 ans. Pour financer un prototype, la start-up a lancé une campagne de financement participatif, avec comme objectif de lever 40.000 euros d'ici le 30 août. ECO2boats veut aussi tenter la traversée de la Manche l'année prochaine avec l'Ocean 7. (Belga)