Orix Auto, un service de covoiturage japonais, a été surpris de constater que certains de ses clients - "un grand pourcentage de ses plus de 230.000 utilisateurs" - louaient l'un de ses véhicules, mais ne parcourait aucun kilomètre avec l'engin.
...

Orix Auto, un service de covoiturage japonais, a été surpris de constater que certains de ses clients - "un grand pourcentage de ses plus de 230.000 utilisateurs" - louaient l'un de ses véhicules, mais ne parcourait aucun kilomètre avec l'engin. "Nous n'avons pas d'idée claire de l'usage qu'ils font de nos voitures", a déclaré un porte-parole d'Orix dans le journal japonais Asahi Shimbun, un des grands quotidiens nationaux japonais. "La seule chose que nous pouvons dire, c'est que les données montrent que les gens louent des voitures, mais ne les conduisent pas."D'autres sociétés de voitures de location ont également fait le même constat. Times24, leader du marché, et NTT Docomo, un acteur des télécommunications qui dispose également d'un service de covoiturage, ont un peu investigué auprès de leurs utilisateurs pour connaître l'usage qu'ils en faisaient. Ils ont appris que leurs clients avaient un usage plutôt créatif des véhicules, en partie possible grâce au tarif de location à bas prix de 400 yens, à savoir 3,25 euros la demi-heure, et au fait que les voitures sont facilement accessibles à la location. La plus grande partie des loueurs de voitures profitaient ainsi de l'habitacle pour y faire une petite sieste, selon le sondage de NTT Docomo auprès de 400 utilisateurs, relayé par De Standaard. D'autres y passaient des coups de fil. Parmi les autres réponses données à cette petite enquête, on trouve aussi : regarder des vidéos, s'habiller pour aller à une soirée, chanter ou faire du rap. "Une voiture peut en effet être utilisée comme un espace privé ", explique le porte-parole de la société de leasing. "Les gens utilisent nos voitures pour d'autres choses que ce à quoi nous nous attendions.""J'ai loué une voiture pour manger, parce que je n'arrivais pas à trouver un autre endroit pour déjeuner ", confirme un résident de Tokyo de 31 ans. Le service belge de voitures partagées Poppy, actif à Anvers et à Bruxelles, interdit, pour sa part, à ses usagers de manger ou de boire dans ses véhicules. Il n'y a par contre rien dans ses conditions d'utilisation qui interdit le fait de dormir ou de regarder la télévision dans l'habitacle. Le service de covoiturage Orix déconseille interdit, lui, à ses utilisateurs de louer une voiture, sans la conduire. "Nous pensons que nos voitures sont exploitées au mieux quand elles prennent la route."