Jusqu'à présent, Bux était active dans quatre pays européens: les Pays-Bas, l'Allemagne, l'Autriche et la France. Selon le fondateur et PDG Nick Bortot, l'entreprise compte plus de 300.000 utilisateurs. La société avait déjà annoncé son intention de débarquer en Belgique, et l'application sera officiellement lancée ce mardi. L'Espagne et l'Italie devraient suivre plus tard. "Pour les jeunes, l'investissement est aujourd'hui devenu un 'must' s'ils souhaitent se constituer quelques fonds propres", considère Nick Bortot. Selon lui, cela s'explique par les taux d'épargne historiquement bas et les prix de l'immobilier qui continuent d'augmenter. Mais les courtiers traditionnels peinent à attirer la jeune génération car ils restent "dans le modèle figé des offres complexes et des commissions élevées", poursuit Nick Bortot. Bux indique donc offrir "la réponse aux besoins de ces investisseurs" en leur permettant d'ouvrir et de gérer gratuitement un compte via l'application. L'achat et la vente d'actions peuvent se faire sans payer de commission lorsque l'ordre se fait en fin de journée. "Notre objectif est d'inciter les jeunes à investir", résume Nick Bortot. "Trop de gens en ont encore peur, alors que cela n'entraîne pas de risques importants si vous investissez régulièrement un montant limité." L'application sera disponible en néerlandais et en français. Bux travaille en étroite collaboration avec la banque néerlandaise ABN Amro. La taxe boursière applicable en Belgique doit par ailleurs être déclarée par l'investisseur. (Belga)

Jusqu'à présent, Bux était active dans quatre pays européens: les Pays-Bas, l'Allemagne, l'Autriche et la France. Selon le fondateur et PDG Nick Bortot, l'entreprise compte plus de 300.000 utilisateurs. La société avait déjà annoncé son intention de débarquer en Belgique, et l'application sera officiellement lancée ce mardi. L'Espagne et l'Italie devraient suivre plus tard. "Pour les jeunes, l'investissement est aujourd'hui devenu un 'must' s'ils souhaitent se constituer quelques fonds propres", considère Nick Bortot. Selon lui, cela s'explique par les taux d'épargne historiquement bas et les prix de l'immobilier qui continuent d'augmenter. Mais les courtiers traditionnels peinent à attirer la jeune génération car ils restent "dans le modèle figé des offres complexes et des commissions élevées", poursuit Nick Bortot. Bux indique donc offrir "la réponse aux besoins de ces investisseurs" en leur permettant d'ouvrir et de gérer gratuitement un compte via l'application. L'achat et la vente d'actions peuvent se faire sans payer de commission lorsque l'ordre se fait en fin de journée. "Notre objectif est d'inciter les jeunes à investir", résume Nick Bortot. "Trop de gens en ont encore peur, alors que cela n'entraîne pas de risques importants si vous investissez régulièrement un montant limité." L'application sera disponible en néerlandais et en français. Bux travaille en étroite collaboration avec la banque néerlandaise ABN Amro. La taxe boursière applicable en Belgique doit par ailleurs être déclarée par l'investisseur. (Belga)