La majeure partie des annulations est liée à l'épidémie de coronavirus, explique Ihsane Chioua Lekhli, porte-parole de Brussels Airport. La demande a baissé en raison de la propagation du virus, notamment pour les voyages d'affaires. Certaines autres annulations sont dues à des problèmes techniques sur des avions.

De nombreux vols à destination et en provenance de l'Italie ont été annulés. Mercredi, seul un tiers des vols seront opérés depuis et vers la péninsule italienne.

Lors d'une journée de semaine normale, environ 600 vols sont opérés à Brussels Airport (300 départs et 300 arrivées).

En février, l'impact du coronavirus y avait été encore assez limité. L'aéroport avait même pu annoncer une augmentation de 6% du nombre de passagers par rapport à février de l'année dernière, pour atteindre 1,738 million de voyageurs. Mais cela était dû au fait que 2020 est une année bissextile et que les vacances de carnaval tombaient en plein mois de février. Autrement, le nombre de passagers aurait diminué, avait nuancé Brussels Airport.

Son patron Arnaud Feist avait alors prévenu que l'impact du coronavirus serait plus important en mars et avril, car de nombreuses compagnies aériennes ont déjà annoncé qu'elles ajusteraient leur offre à la baisse en fonction de l'appétit des voyageurs. Par exemple, le plus gros client de l'aéroport de Zaventem, Brussels Airlines, a réduit son offre en Europe de près d'un quart depuis le 8 mars. Et après l'épidémie de coronavirus en Chine, Hainan Airlines et Cathay Pacific ont restreint le nombre de vols à destination et en provenance de la région.

D'autres compagnies aériennes ont déjà annoncé des mesures qui entreront en vigueur dans les jours ou les semaines à venir. Par exemple, Ryanair annulera tous les vols à destination et en provenance d'Italie à partir de samedi, Loganair arrêtera sa liaison Bruxelles-Newcastle d'ici une dizaine de jours et Finnair effectuera moins fréquemment des vols entre Bruxelles et Helsinki dès la fin mars.

La majeure partie des annulations est liée à l'épidémie de coronavirus, explique Ihsane Chioua Lekhli, porte-parole de Brussels Airport. La demande a baissé en raison de la propagation du virus, notamment pour les voyages d'affaires. Certaines autres annulations sont dues à des problèmes techniques sur des avions. De nombreux vols à destination et en provenance de l'Italie ont été annulés. Mercredi, seul un tiers des vols seront opérés depuis et vers la péninsule italienne. Lors d'une journée de semaine normale, environ 600 vols sont opérés à Brussels Airport (300 départs et 300 arrivées). En février, l'impact du coronavirus y avait été encore assez limité. L'aéroport avait même pu annoncer une augmentation de 6% du nombre de passagers par rapport à février de l'année dernière, pour atteindre 1,738 million de voyageurs. Mais cela était dû au fait que 2020 est une année bissextile et que les vacances de carnaval tombaient en plein mois de février. Autrement, le nombre de passagers aurait diminué, avait nuancé Brussels Airport. Son patron Arnaud Feist avait alors prévenu que l'impact du coronavirus serait plus important en mars et avril, car de nombreuses compagnies aériennes ont déjà annoncé qu'elles ajusteraient leur offre à la baisse en fonction de l'appétit des voyageurs. Par exemple, le plus gros client de l'aéroport de Zaventem, Brussels Airlines, a réduit son offre en Europe de près d'un quart depuis le 8 mars. Et après l'épidémie de coronavirus en Chine, Hainan Airlines et Cathay Pacific ont restreint le nombre de vols à destination et en provenance de la région. D'autres compagnies aériennes ont déjà annoncé des mesures qui entreront en vigueur dans les jours ou les semaines à venir. Par exemple, Ryanair annulera tous les vols à destination et en provenance d'Italie à partir de samedi, Loganair arrêtera sa liaison Bruxelles-Newcastle d'ici une dizaine de jours et Finnair effectuera moins fréquemment des vols entre Bruxelles et Helsinki dès la fin mars.