L'analyse concerne la situation financière des commerces, bars, restaurants et salons de coiffure, à Bruxelles et dans cinq villes wallonnes (Liège, Charleroi, Namur, Mons et Louvain-la-Neuve) dix mois après le début de la pandémie. En revanche, une petite moitié des entreprises (49,1% à Bruxelles, 43,3% en Wallonie) qui se portaient bien avant le Covid résistent toujours, celles-ci disposant de réserves. "Une moyenne dont s'écarte toutefois nettement le secteur horeca, fortement impacté par la fermeture: un quart seulement des cafés, snacks et restaurants bruxellois étaient et sont toujours dans le vert, ce chiffre est de 22% en Wallonie", souligne le quotidien. (Belga)

L'analyse concerne la situation financière des commerces, bars, restaurants et salons de coiffure, à Bruxelles et dans cinq villes wallonnes (Liège, Charleroi, Namur, Mons et Louvain-la-Neuve) dix mois après le début de la pandémie. En revanche, une petite moitié des entreprises (49,1% à Bruxelles, 43,3% en Wallonie) qui se portaient bien avant le Covid résistent toujours, celles-ci disposant de réserves. "Une moyenne dont s'écarte toutefois nettement le secteur horeca, fortement impacté par la fermeture: un quart seulement des cafés, snacks et restaurants bruxellois étaient et sont toujours dans le vert, ce chiffre est de 22% en Wallonie", souligne le quotidien. (Belga)