Le gouvernement n'a pas retenu Marc Descheemaecker pour rester en poste dans la nouvelle mouture de la SNCB, le remplaçant par Jo Cornu. Mais l'ancien patron ne quitte pas son poste sans rien, il bénéficie d'un parachute doré qui selon plusieurs sources s'élèverait à 1,3 million d'euros, comme prévu dans son contrat.

Marc Descheemaecker a refusé de commenter ces chiffres et du côté du gouvernement on répond seulement que "nous avons simplement respecté nos obligations contractuelles".

Son ministre de tutelle, Jean-Pascal Labille (PS), avait souhaité qu'il réduise ses indemnités de départ, ce qu'il n'a pas fait au final.

Le gouvernement n'a pas retenu Marc Descheemaecker pour rester en poste dans la nouvelle mouture de la SNCB, le remplaçant par Jo Cornu. Mais l'ancien patron ne quitte pas son poste sans rien, il bénéficie d'un parachute doré qui selon plusieurs sources s'élèverait à 1,3 million d'euros, comme prévu dans son contrat. Marc Descheemaecker a refusé de commenter ces chiffres et du côté du gouvernement on répond seulement que "nous avons simplement respecté nos obligations contractuelles". Son ministre de tutelle, Jean-Pascal Labille (PS), avait souhaité qu'il réduise ses indemnités de départ, ce qu'il n'a pas fait au final.