Ce mouvement évangélique a attaqué AXA Bank en justice la semaine dernière devant le tribunal de l'entreprise francophone de Bruxelles. Les deux parties étaient en relation depuis le mois d'avril 2018, époque à laquelle AXA a accepté l'ouverture d'un compte pour ce mouvement chrétien, reconnu comme culte officiel en Belgique par le SPF Justice. Tout se déroule bien jusqu'en août 2020 quand la banque a l'attention attirée par des versements en cash de plus de 200.000 euros. N'étant pas capable d'identifier l'origine de ses fonds virés sur le compte de l'Église universelle du royaume de Dieu sans communication, AXA Bank a décidé de clôturer le compte en question. Pour l'avocat du mouvement, Miguel Mairlot (Ethikos), cette église a toujours été transparente sur ses activités et sur sa manière de trouver des ressources financières, qui passe notamment par la collecte de la dîme. À raison de dix églises et de trois offices par jour, les montants récoltés étaient importants. Plaidant pour le compte d'AXA Bank, Jean-Pierre Buyle (Buyle Legal) a rappelé qu'en 1997, une commission d'enquête parlementaire avait estimé que l'Église universelle du royaume de Dieu était la branche belge d'une secte brésilienne, cette dernière ayant fait l'objet d'une enquête au Brésil pour, entre autres, fraude fiscale et blanchiment. (Belga)

Ce mouvement évangélique a attaqué AXA Bank en justice la semaine dernière devant le tribunal de l'entreprise francophone de Bruxelles. Les deux parties étaient en relation depuis le mois d'avril 2018, époque à laquelle AXA a accepté l'ouverture d'un compte pour ce mouvement chrétien, reconnu comme culte officiel en Belgique par le SPF Justice. Tout se déroule bien jusqu'en août 2020 quand la banque a l'attention attirée par des versements en cash de plus de 200.000 euros. N'étant pas capable d'identifier l'origine de ses fonds virés sur le compte de l'Église universelle du royaume de Dieu sans communication, AXA Bank a décidé de clôturer le compte en question. Pour l'avocat du mouvement, Miguel Mairlot (Ethikos), cette église a toujours été transparente sur ses activités et sur sa manière de trouver des ressources financières, qui passe notamment par la collecte de la dîme. À raison de dix églises et de trois offices par jour, les montants récoltés étaient importants. Plaidant pour le compte d'AXA Bank, Jean-Pierre Buyle (Buyle Legal) a rappelé qu'en 1997, une commission d'enquête parlementaire avait estimé que l'Église universelle du royaume de Dieu était la branche belge d'une secte brésilienne, cette dernière ayant fait l'objet d'une enquête au Brésil pour, entre autres, fraude fiscale et blanchiment. (Belga)