Signe des temps digitaux, le MOOC ( Massive Open Online Course) permet à tout chacun de s'éduquer en ligne, à son rythme et souvent gratuitement. Il est aussi devenu un élément pédagogique important dans nos universités. Les MOOC permettent, en effet, aux professeurs d'abandonner le côté austère des cours ex cathedra pour se concentrer sur l'appropriation de la matière, la réponse aux questions et les études de cas.
...

Signe des temps digitaux, le MOOC ( Massive Open Online Course) permet à tout chacun de s'éduquer en ligne, à son rythme et souvent gratuitement. Il est aussi devenu un élément pédagogique important dans nos universités. Les MOOC permettent, en effet, aux professeurs d'abandonner le côté austère des cours ex cathedra pour se concentrer sur l'appropriation de la matière, la réponse aux questions et les études de cas. " Ce cours en ligne a révolutionné ma vie de professeur, explique Alain Vas, professeur en stratégie et gestion du changement à la Louvain School of Management de l'UCL. Je suis plus un animateur de séance. Une semaine avant le cours, j'ouvre la section du MOOC qui lui correspond. La diffusion de la matière se fait donc au rythme de l'étudiant. Au cours lui-même, nous nous l'approprions. Les étudiants posent les questions dont ils n'ont pas trouvé la réponse via notre soutien en ligne ou sur le forum. Si les étudiants présents n'offrent pas de réponse satisfaisante, je prépare les réponses pendant qu'ils travaillent sur une étude de cas. Il en reste une petite dizaine à chaque fois. Avec l'expérience, je me suis rendu compte que je recevais des questions de plus en plus pointues et inédites. Et pour cause, avec ce système d'étude en ligne et les forums attachés qui deviennent des atouts éducatifs précieux, les étudiants deviennent de plus en plus calés dans les matières enseignées. " Le MOOC qu'Alain Vas a conçu avec son collègue Régis Coeurderoy, aujourd'hui professeur en management stratégique à ESCP Europe, s'intitule " Les fondements de la stratégie d'entreprise ". Il est intégré aux cours de 3e bac que le vice-recteur de l'UCL en Hainaut donne aux étudiants en sciences économiques et de gestion et aux bacheliers en ingénieur de gestion. Soit 350 étudiants à Louvain-la-Neuve et 60 à Mons. Ce MOOC fait partie des 25 cours en ligne que l'UCL propose sur la plateforme edX fondée en 2012 par Harvard et le MIT. " L'UCL a été la première université belge à se lancer de façon aussi massive dans les MOOC, confie Alain Vas. Il s'agit d'un projet initié dans le cadre du Louvain Learning Lab et soutenu par la chaire Treetop, du nom de la société d' asset management de Jacques Berghmans. Un MOOC n'est qu'un grain de savoir et nous avons voulu aller plus loin. Sur edX, l'UCL propose aussi deux micromasters : Management en français et International Law en anglais. Il s'agit d'un regroupement de plusieurs MOOC. La réussite donne droit à une certification reconnue mais aussi à l'obtention d'une dispense pouvant aller jusqu'à 30 crédits si l'étudiant s'inscrit ensuite à l'UCL. " En dehors des sessions de cours (deux quadrimestres), le MOOC peut être suivi en self paced mais alors sans soutien en ligne. Il est gratuit sauf si la personne qui s'inscrit souhaite une certification (150 dollars). Un système de téléchargement permet aussi aux étudiants d'éditer un petit syllabus. Malgré tout et avec le recul des retours reçus pendant trois ans, Alain Vas a souhaité pérenniser son MOOC. " D'abord, je voudrais quand même préciser que faire un MOOC qui va être suivi dans des centaines de pays dans le monde est un processus très exigeant, confie Alain Vas. Il y va de votre réputation et de celle de votre université. Cela demande des dizaines de milliers d'euros et des centaines d'heures de travail. Quant à l'idée de passer du MOOC au book, elle tient à deux choses. J'ai voulu être disruptif et aller à l'encontre de la mode du tout digital. Et prendre un chemin inverse. Ensuite, tout est segmenté dans le MOOC. Le livre permet d'avoir une image globale et pérenne. Je suis donc aller voir l'éditeur Dunod avec mon idée : un guide illustré de la stratégie d'entreprise créé à partir d'un MOOC. Et ils ont accepté ! Après, cela a été finalement plus compliqué à faire que prévu. L'idéaliste pragmatique que je suis aime faire les choses à fond. Le livre n'est pas un copier-coller du MOOC. D'une part, parce qu'il n'y a plus qu'un seul auteur. D'autre part, j'ai rajouté des sources supplémentaires, un épilogue sur le leadership sage et j'ai complété certains chapitres suite aux remarques reçues sur le cours en ligne. Notamment sur les aspects liés à l'économie circulaire. " Les fondements de la stratégie allie le ludique à la rigueur académique. Comme le MOOC, il est illustré par de nombreux dessins réalisés par Cartoonbase, une société bruxelloise spécialisée dans les animations et illustrations à destination des entreprises. Elle a été fondée par Luc De Brabandere, philosophe d'entreprise et senior advisor au Boston Consulting Group. Ce dernier signe aussi la préface du livre et rappelle que la stratégie ne peut véhiculer ni certitude, ni absolu, ni vérité : " Un grand manager n'hésite jamais et doute toujours ". En six chapitres, soit autant d'îles à visiter pendant le voyage, Alain Vas amène le lecteur à se poser trois questions lors de l'élaboration d'une stratégie d'entreprise : Qui sommes-nous ? Que faisons-nous ? Où allons-nous ? " Nous évoluons dans un monde VUCA, explique Alain Vas. V pour volatile, U pour uncertain, C pour complexe et A pour ambigu. C'est tout à fait juste. Mais prendre cela comme prétexte pour dire qu'élaborer une stratégie d'entreprise est impossible est une grave erreur. C'est tout le contraire. La stratégie est une boussole et elle en devient encore plus nécessaire. C'est elle qui donne du sens au travail des collaborateurs. Et Dieu sait que c'est fondamental de nos jours. " En 225 pages, le livre donne les clés pour réussir ou remodeler sa stratégie d'entreprise. Il définit, avec moult exemples et illustrations, des concepts comme l'avantage concurrentiel, la segmentation stratégique, les différents types de stratégie possibles en fonction de l'environnement, la différence entre business plan et business model et insiste sur la nécessité de poser un diagnostic stratégique interne et externe. Enfin, il se focalise aussi sur la gestion du changement qui n'est jamais que l'accompagnement de la mise en place de la stratégie définie. En fin de compte, il s'agit d'un outil qui dépasse largement le cadre académique. Il peut intéresser autant les lanceurs de start-up que les dirigeants d'entreprise. "Je le constate dans les cours que je donne dans le cadre des formations continues, notamment ce qu'on appelle à l'UCL les certificats d'université, conclut Alain Vas. Je suis aussi régulièrement sollicité pour donner des séminaires dans les entreprises sur la réflexion stratégique et l'accompagnement du changement. Le livre plaît aux cadres car il fournit un vrai support pour alimenter la réflexion. C'est particulièrement vrai pour les PME qui, souvent, ne prennent pas assez le temps de se repositionner ou à tout le moins de se poser la question. Définir une stratégie s'applique, en fin de compte, à tous les milieux. Les hôpitaux comme les écoles... Je viens d'ailleurs de donner une formation en ce sens à des directeurs d'écoles bruxelloises dans le cadre du Pacte d'excellence... "