La cause de ce conseil d'entreprise extraordinaire est la publication, jeudi matin, des résultats trimestriels de la maison-mère Lufthansa. L'accent sera vraisemblablement porté sur l'exercice de réductions de coûts mené actuellement chez Brussels Airlines. Mais cette attention se limiterait aux axes du futur plan, appelé "Reboot", connu depuis longtemps déjà. Brussels Airlines veut évoluer ces prochaines années vers une compagnie plus petite mais plus rentable. L'objectif est de dégager d'ici 2022 une marge bénéficiaire de 8% au moins, après quoi une croissance pourra de nouveau être envisagée. On ne connaît pas encore l'impact sur les travailleurs de la compagnie. Et on ne devrait pas en savoir beaucoup plus jeudi, selon Anita Van Hoof (BBTK) et Filip Lemberechts (ACLVB). La direction avait indiqué qu'il n'y aurait pas de licenciement collectif. Elle élabore un plan pour des départs volontaires. La direction tempère aussi l'importance de ce conseil d'entreprise extraordinaire. "Dans le cadre de notre programme 'Reboot', il est important de planifier des réunions régulières avec nos partenaires sociaux pour les tenir informés et pour travailler de manière constructive à l'avenir de notre société", a déclaré une porte-parole. (Belga)