Delhaize et le groupe Ahold, la société-mère néerlandaise d'Albert Heijn, ont fusionné l'an dernier. Une opération effective dans le monde entier sauf en Belgique, où le processus ne peut se poursuivre tant que la chaîne de supermarchés néerlandaise ne satisfait pas aux conditions de l'Autorité belge de la concurrence. "Tant que les magasins ne sont pas vendus, Albert Heijn et Delhaize restent concurrents en Belgique", confirme une porte-parole du groupe fusionné, qui ne souhaite pas s'exprimer sur les négociations en cours.

Selon les journaux de Mediahuis, il est cependant déjà clair que ni Carrefour ni Colruyt ne prévoient de reprendre une de ces enseignes. "La frustration au sein du personnel est grande", confie l'un des travailleurs concernés. Le personnel se plaint en outre du manque d'investissements dans les huit magasins en question et de motivation dans le chef des intérimaires.

Delhaize et le groupe Ahold, la société-mère néerlandaise d'Albert Heijn, ont fusionné l'an dernier. Une opération effective dans le monde entier sauf en Belgique, où le processus ne peut se poursuivre tant que la chaîne de supermarchés néerlandaise ne satisfait pas aux conditions de l'Autorité belge de la concurrence. "Tant que les magasins ne sont pas vendus, Albert Heijn et Delhaize restent concurrents en Belgique", confirme une porte-parole du groupe fusionné, qui ne souhaite pas s'exprimer sur les négociations en cours. Selon les journaux de Mediahuis, il est cependant déjà clair que ni Carrefour ni Colruyt ne prévoient de reprendre une de ces enseignes. "La frustration au sein du personnel est grande", confie l'un des travailleurs concernés. Le personnel se plaint en outre du manque d'investissements dans les huit magasins en question et de motivation dans le chef des intérimaires.