L'annonce a été faite dans un document interne, dont l'AFP a obtenu copie, par le PDG Dara Khosrowshahi et la directrice du marketing Jill Hazelbaker.

Le New York Times a été le premier média à faire état de ces coupes.

Fin mars, Uber avait indiqué employer 24.494 personnes à travers le monde, dont un peu plus de 1.200 dans le marketing.

"Nous ne faisons pas ces changements parce que le marketing n'est plus important pour Uber", écrit M. Khosrowshahi. "C'est tout le contraire: nous sommes en train d'effectuer ces changements parce que présenter ue vision forte, dynamique et unifiée au monde n'a jamais été aussi important".

Cette cure d'austérité intervient au moment où le service de réservation de voitures avec chauffeur est sous pression des marchés financiers, après une introduction en Bourse ratée en mai dernier.

Entrée à Wall Street au prix de 45 dollars le titre, l'action Uber a terminé la séance lundi à 43,88 dollars.

Au premier trimestre, le groupe a accusé une perte nette d'un milliard de dollars.

Il doit présenter ses résultats du deuxième trimestre la semaine prochaine, mais les marchés ne sont pas très optimistes au vu des dépenses marketing et des promotions effectuées par Uber, comme par son rival Lyft, pour attirer les consommateurs aux Etats-Unis.

"Il y a une impression générale selon laquelle si nous avons connu une croissance rapide, nous sommes en train de ralentir", a reconnu lundi M. Khosrowshahi dans son courriel aux employés.

Outre la réservation de voiture avec chauffeur, Uber investit dans les vélos électriques, la livraison des repas à domicile et les voitures autonomes.